S'abonner
Constructeurs

Ferrari : huit ans de croissance et de performance boursière

Publié le 2 février 2024

Par Jean-Baptiste Kapela
3 min de lecture
Avec un bénéfice record de 1,25 milliard de dollars en 2023, Ferrari compte parmi les constructeurs les plus rentables au monde. Retour sur un parcours exceptionnel depuis son introduction en Bourse en 2015...
Ferrari vise un chiffre d'affaires de 6,4 milliards d’euros en 2024. ©Ferrari

Après avoir été émancipé de Fiat-Chrysler en 2015, rien ne semble pouvoir arrêter la cavalcade de Ferrari. Pour la première fois de son histoire, la marque de voiture de sport de luxe a dépassé en 2023 la barre du milliard d’euros de bénéfice net (+ 34 %) pour atteindre 1,25 milliard d’euros. La marque au cheval cabré continue à améliorer fortement sa rentabilité puisque ses profits ont, cette année encore, augmenté plus vite que ses volumes (+3,3% à 13.663 voitures), ou son chiffre d’affaires qui a, lui, progressé de 17,2 % à 5,9 milliards d’euros.

 

A lire aussi : Troisième trimestre 2023 record pour Ferrari

 

La croissance de Ferrari ne devrait pas s'arrêter là puisque la marque vise un chiffre d'affaires de 6,4 milliards d’euros en 2024. "Les résultats record de 2023, les ambitions que nous avons pour 2024 et la visibilité exceptionnelle de notre carnet de commandes nous permettent de viser avec une confiance accrue la partie haute de nos objectifs pour 2026", a affirmé le PDG de groupe, Benedetto Vigna.

 

Une marque qui excelle en Bourse

 

Ces résultats positifs s'inscrivent dans le parcours boursier exceptionnel de la firme sise à Maranello, depuis son introduction en Bourse en 2015. A 382,50 dollars l'action à New York, le titre a été multiplié par six depuis 2015. Avec une capitalisation boursière autour de 72 milliards de dollars, Ferrari vaut autant qu'un Stellantis dont le chiffre d'affaires est pourtant nettement supérieur (179 milliards d'euros). Pour rappel, lors de son introduction, le prix du titre était à 52 dollars et sa valorisation à 9,8 milliards de dollars.

 

Ferrari compte donc parmi les constructeurs les plus profitables en Bourse en détenant l’action la plus chère d’Europe. Rien ne semble atteindre les performances de Ferrari. Même la fermeture de ses usines pendant la période de crise sanitaire n’a pas ébranlé son carnet de commande.

 

De nouveaux modèles sous le capot

 

En 2023, Ferrari a livré presque deux fois plus de voitures qu’en 2015 (7.664 unités). Des livraisons qui confortent Ferrari dans la réalisation de son plan stratégique annoncé en 2022, où le groupe anticipe un chiffre d’affaires jusqu’à 6,7 milliards d’euros d’ici à 2026.

 

A lire aussi : Une Ferrari adjugée 51,7 millions de dollars à New York

 

Pour se donner les moyens de ses ambitions, la marque lancera quinze nouveaux modèles sur la période 2023-2026. L’année dernière, le groupe a d’ailleurs levé le voile sur trois de ces modèles : la Roma Spider, les SF90 XX Stradale et Spider. Mais aussi deux modèles pour la piste, la 296 Challenge et la 499P Modificata.

 

Des voitures qui s’exportent

 

Ferrari peut s’appuyer sur une présence à l’international solide. "La marque dispose d'un solide carnet de commandes pour les modèles actuels dans toutes les zones géographiques et couvrant l'ensemble de l'année 2025", a souligné Benedetto Vigna lors d'une conférence avec les analystes.

 

A lire aussi : Premier trimestre 2023 sur les chapeaux de roues pour Ferrari

 

Pour la marque de luxe, le principal marché reste l’Europe-Moyen-Orient-Afrique. Sur cette zone, 6 063 véhicules ont été livrés en 2023, en hausse de 1,8 %. C’est outre-Atlantique que les livraisons enregistrent une forte croissance, en hausse de 10,6 %. Néanmoins, les immatriculations dans la région Chine-Hong Kong-Taiwan accusent une baisse de 4 %. (Avec AFP)

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle