S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Nicolas Wertans, président du groupe BMW France : "La rentabilité du réseau n’est pas suffisante"

Publié le 13 avril 2007

Par Christophe Jaussaud
8 min de lecture
Après 100 jours à la tête de BMW France, Nicolas Wertans dévoile sa vision sur l'avenir du groupe et de ses marques en France. La rentabilité reste la clé et le réseau va devoir investir dans ce futur pour accompagner la croissance attendue. Journal...
Après 100 jours à la tête de BMW France, Nicolas Wertans dévoile sa vision sur l'avenir du groupe et de ses marques en France. La rentabilité reste la clé et le réseau va devoir investir dans ce futur pour accompagner la croissance attendue.
Journal...
Après 100 jours à la tête de BMW France, Nicolas Wertans dévoile sa vision sur l'avenir du groupe et de ses marques en France. La rentabilité reste la clé et le réseau va devoir investir dans ce futur pour accompagner la croissance attendue. Journal...
...de l'Automobile. Vous êtes à la tête de BMW France depuis trois mois maintenant. Quels sont, selon vous, les points faibles et les points forts du groupe ? Nicolas Wertans. Je n'y vois très franchement que des points forts. Il existe un formidable potentiel de croissance pour le groupe. J'ai également découvert, tant chez les distributeurs que dans les équipes en place, une très grande envie de réussir. Nous devons toutefois relever de grands défis, liés à la concurrence, au marché ou à la réglementation, mais globalement, je suis non seulement très optimiste, mais aussi très confiant. JA. Au niveau mondial mais aussi sur les principaux marchés européens, BMW est devant Audi. Ce n'est pas le cas en France. Est-ce l'un de vos objectifs ? NW. Le groupe a clairement défini ses objectifs de croissance pour atteindre 1,4 million de véhicules en 2007 puis 1,6 million en 2010. Dans d'autres circonstances, nous avons parlé d'une croissance annuelle de 5 %. En France, notre objectif est d'être un peu meilleur que la moyenne du groupe. Cependant, nous visons une croissance à la fois pérenne, qualitative et durable. Nous ne voulons pas acheter de parts de marché, cela ne nous intéresse pas du tout. JA. Quels canaux de vente allez-vous privilégier ? Aujourd'hui, BMW est présent chez le loueur courte durée Sixt, est-ce une nouvelle stratégie ?  NW. Cette opération avec Sixt vient de Munich. Il faut savoir que Sixt est un loueur munichois dont les propriétaires fondateurs ont des affinités avec le groupe BMW, et il a donc été décidé d'avoir un partenariat au niveau européen. Nous l'avons mis en œuvre en France, mais nous avons également d'autres accords avec d'autres loueurs en France. Mais ne voyez pas ici la démonstration que nous voulons acheter des parts de marché. Loin s'en faut ! Cela ne veut toutefois pas dire, contrairement à ce que[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle