S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Jean Arcelin, directeur général Chrysler Jeep Dodge.

Publié le 26 janvier 2007

Par Tanguy Merrien
9 min de lecture
"Toutes nos marques sont complémentaires" Avec le lancement de Dodge, le groupe Chrysler se présente aujourd'hui en France avec trois marques. Jean Arcelin évoque pour nous le développement simultané d'un réseau commun avec l'objectif d'une rentabilité...
"Toutes nos marques sont complémentaires" 
Avec le lancement de Dodge, le groupe Chrysler se présente aujourd'hui en France avec trois marques. Jean Arcelin évoque pour nous le développement simultané d'un réseau commun avec l'objectif d'une rentabilité...
"Toutes nos marques sont complémentaires" Avec le lancement de Dodge, le groupe Chrysler se présente aujourd'hui en France avec trois marques. Jean Arcelin évoque pour nous le développement simultané d'un réseau commun avec l'objectif d'une rentabilité...
...de 2 % à court terme. Journal de l'Automobile. Avec trois marques, convient-il de parler d'un ou de trois réseaux ?Jean Arcelin. Il convient de parler d'un seul réseau. Un seul réseau avec 90 sites précisément, 95 avec les points après-vente détenus par 46 investisseurs. Il y a quelques investisseurs historiques qui sont monosites mais la grande majorité du réseau reste multimarque. Le développement du réseau Chrysler-Jeep-Dodge s'est beaucoup appuyé sur le réseau Mercedes, ce qui est une bonne chose car cela a permis une croissance rapide. Sur les 90 points de ventes, tous sont Chrysler-Jeep et 88 ont adopté le panneau Dodge. JA. Les distributeurs ont-ils dû investir pour l'arrivée de Dodge ? J.A. La marque Dodge ne peut être distribuée qu'aux côtés des marques Chrysler et Jeep. Les trois sont indivisibles. Toutefois, l'arrivée de Dodge n'a pas représenté un investissement supplémentaire. Cet investissement ne peut être dissocié des autres marques.Les standards d'exposition des trois marques sont accessibles puisque l'on demande 210 m2 au total. C'est un minimum et ce n'est pas très contraignant. Le seul véritable investissement a été le financement du stock supplémentaire. Cette année avec la réalisation de 1 370 VN, cela a représenté environ 20 % de volume en plus pour nos concessionnaires. Le lancement de Dodge a également été l'occasion pour 40 % du réseau de faire des investissements en termes d'élargissement des structures existantes. JA. Y a-t-il une aide du constructeur ?J.A. Cette aide sera petite et au cas par cas. Disons que cela représentait entre 5 et 10 % du montant de l'investissement total versé sur trois ans. Avec en contrepartie un contrat de progrès, des objectifs commerciaux. JA. Est-il possible qu'un investisseur hors DaimlerChrysler prenne une seule marque du groupe Chrysler ? J.A. Ce n'est pas possible car cela n'a pas de sens. Un investisseur ne peut pas investir à moins d'un potentiel commercial de 200 VN. En revanche, nous cherchons toujours des open points pour les trois marques. Nous en avons identifié une dizaine avec un potentiel commercial compris entre 150 et 200 voitures. Notre priorité va vers les investisseurs Mercedes mais tous n'ont pas la capaci[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle