Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Confinement : 500 000 voitures d'occasion en stock et chute de 68 % des commandes de VN

Le stock de véhicule en France au 20 novembre atteint 500 000 voitures d'occasion pour une valeur de 9 milliards d'euros. Soit le même niveau qu'au printemps 2020, lors du premier confinement !

Confinement : 500 000 voitures d'occasion en stock et chute de 68 % des commandes de VN

Depuis le début du mois de novembre 2020, la chute des commandes de véhicules neufs atteint 68% et celle des voitures d'occasion, 78%. Le dernier baromètre d'activité du CNPA montre l'effondrement de l'activité automobile et la tension sur la trésorerie avec un stock de 500 000 VO actuellement en France.

 

La reprise de l'activité commerciale, envisagée pour le 28 novembre 2020, arriverait à point nommé pour arrêter la spirale infernale dans laquelle se trouve, entre autres, les professionnels de l'automobile. Selon l'enquête réalisée par le CNPA auprès de 22 000 points de vente VN et VO, la chute des commandes de véhicules neufs atteint 68,5 % depuis le 1er novembre 2020, début du nouveau confinement. Des niveaux confirmés par le secteur industriel puisque le taux d'activité de la production automobile se situe autour de 85 % à ce jour contre une moyenne de 95 % avant le confinement. 

 

Côté véhicules d'occasion, l'heure n'est pas non plus aux réjouissances avec un effondrement de 78 % des nouvelles commandes.

 

Sur cette même période, les immatriculations AAA Data montrent une baisse de 18 % des immatriculations au global (particuliers, professionnels, tactiques...). De l'aveu des distributeurs, l'écart se creuse notamment entre les commandes à particulier et celles à entreprise et loueur de longue durée qui perdurent. Ainsi, le niveau des commandes à particulier serait donc bien plus élevé que le chiffre de -68,5 % au global.   

 

Des leads, mais peu de commandes avec le digital

 

Par ailleurs, si dans un premier temps, les professionnels étaient soulagés de pouvoir pratiquer le Click&Collect, afin d'écouler les stocks, force est de constater que le téléphone ou le digital ne suffisent pas à engendrer de nouvelles commandes. Via ce canal uniquement, les nouvelles commandes ne pèsent que 15 % de celles enregistrées sur la même période l'année précédente.

 

Une nouvelle preuve que l'essai ou la prise de rendez-vous physique restent essentiels pour un client comme l'indiquait d'ailleurs une récente étude réalisée par le cabinet ICDP pour le compte du CNPA. Ainsi, 72 % des clients souhaitent réaliser un essai du véhicule avant de l'acheter. 

 

9 milliards d'euros de stocks

 

Avec ces niveaux très faibles de commandes, les réseaux se retrouvent avec le même niveau de tension sur la trésorerie que lors du premier confinement au printemps dernier. Ainsi, selon l'enquête du CNPA, le stock de véhicules d'occasion s'élève à près de 500 000 unités actuellement, dont 49 % de modèles diesel, 42 % d'essence et 8 % de véhicules électriques et hybrides. L'ensemble étant évalué à près de 9 milliards d'euros ! Alors que 69 % des distributeurs ont fait appel au prêts garantis par l'Etat (PGE), 40 % de ces prêts sont d'ores et déjà consommés. 

 

L'entretien également pénalisé

 

Considérés comme activité essentielle, les ateliers de réparation ont pu rester ouverts. Cependant, les clients, même en ayant l'autorisation de se déplacer pour ce motif, ont retardé l'entretien d'une voiture qui de toute façon restait au garage. Lors de la première semaine, la baisse d'activité dans les ateliers atteingnait -25 %, aujourd'hui elle grimpe à -35 % et même -50 % pour les seuls carrossiers.

 

La baisse de fréquentation concerne surtout l’activité auprès des particuliers, à hauteur de 80 %, l’activité auprès des professionnels étant davantage préservée. 60 % des entreprises d’entretien-réparation ont déclarés avoir recours à l’activité partielle pour faire face à la baisse croissante de leur activité.

 

84 % des centres de contrôle technique indiquent subir une baisse de leur activité, avec une baisse de 20 % en moyenne. 71% d’entre eux estiment que cette baisse devrait se poursuivre d’ici à fin novembre, 50 % d’entre eux ayant recours à l’activité partielle.

 

Les locations de voitures en baisse de 72 %

 

La location de voitures, également autorisée pendant ce confinement, n'est pas mieux lotie. Le secteur doit en effet faire face à l'une des crises les plus graves de son existence, notamment avec l'arrêt du tourisme de loisirs et d'affaires. La baisse des réservations depuis le début du mois de novembre atteint 72 %, ce qui porte la chute globale de l'activité des loueurs de courte durée à 60 % sur toute l'année 2020. Si les grandes entreprises peuvent accéder aux aides prévues dans le plan tourisme, rien n'est prévu pour l'instant pour les start-up, ni les plateformes de covoiturages. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page