Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Luciano Biondo quitte TMMF pour rejoindre Renault

Au cours de sa carrière, Luciano Biondo n'a connu que les groupes PSA et Toyota.

Luciano Biondo quitte TMMF pour rejoindre Renault

Toyota Motor Manufacturing France perd l'une de ses figures historiques. Vingt ans après son arrivée et trois ans après sa nomination à la tête de l'usine d'Onnaing, Luciano Biondo rebondit chez Renault, à la direction industrielle du Nord de la France.

 

Ça bouge à la tête de TMMF (Toyota Motor Manufacturing France). Patron du site nordiste du constructeur japonais depuis 2017, Luciano Biondo a quitté son poste au début du mois de septembre pour donner une nouvelle orientation à sa carrière. Vice-président manufacturing de Toyota Motor Europe depuis le début de l'année, Marvin Cooke lui succède à Onnaing tout en conservant ses précédentes responsabilités.

 

"Nous respectons bien sûr la décision de Luciano même si nous la regrettons. Je tiens à le remercier pour sa contribution aux succès de TMMF et tout particulièrement pour les changements qu’il a su mener tant sur le plan industriel que social grâce à ses compétences, son expérience et sa passion. J’ai entière confiance en l’équipe de direction de TMMF qui, avec l’arrivée de Marvin en tant que président, saura conduire TMMF vers de nouveaux sommets", juge Johan van Zyl, président de Toyota Motor Europe.

 

Un poste sur-mesure l'attend chez Renault

 

Diplômé en génie industriel d'Arts et Métiers, Luciano Biondo (49 ans) a débuté sa carrière comme agent de maitrise chez PSA. En 2000, il rejoint TMMF en tant qu'ingénieur process peinture puis chef du département peinture. En 2006, il devient responsable peinture du site PSA de Mulhouse avant de rejoindre la Slovaquie, trois ans plus tard, en tant que directeur du centre de production de Trnava. En 2012, il revient à Mulhouse pour prendre la tête de l'usine.

 

Suite à cette expérience, en 2014, il renoue avec Toyota et est nommé vice-président de TMMF avant de se voir confier la présidence, en 2017, suite au départ de Koreatsu Aoki. Son avenir va désormais s'écrire du côté de chez Renault en tant que directeur industriel du pôle électrique et véhicules utilitaires légers du Nord de la France qui comprend les usines de Douai, Maubeuge et aussi celle de Ruitz.


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Bonus dégressif, malus renforcé et bornes de recharge : les principales mesures du PLF 2021

Le gouvernement a présenté, ce lundi 28 septembre 2020, le projet de loi de finances 2021, statuant notamment sur certains dispositifs liés au secteur automobile. Au menu : prolongement du bonus, toutefois

Automobile : la distribution sous tension

Si les carnets de commandes sont pleins, les livraisons peinent à arriver et certaines ne pourront avoir lieu avant la fin de l'année. Ce sont pourtant les mises à la route qui permettront, ou non,

LS Group en bonne voie pour entrer dans le réseau Volvo

L'opérateur a notifié auprès de l'Autorité de la concurrence son intention de reprendre le groupe Defrance Automobiles, marquant son entrée dans le réseau Volvo.

Hervé Miralles :

Le groupe Emil Frey France a ouvert le plus grand centre de reconditionnement de véhicules d'occasion en France à Ingrandes (86). A terme, plus de 30 000 véhicules seront rénovés dans cette usine

Automobile : ce que le gouvernement pourrait retenir de la Convention Citoyenne pour le Climat

Publicité sur les produits émetteurs de CO2, indemnités kilométriques, bonus sur les électriques neufs et d'occasion, création d’un malus basé sur la masse… Quels sont les points de la Convention

Le groupe Hess vise cinq sites Renault Retail Group

L’opérateur du Grand Est devrait finaliser, d’ici la fin de l’année 2020, l’acquisition de cinq sites appartenant à Renault Retail Group. Cette opération lui permettrait de faire son entrée

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page