S'abonner
Social

Le Garac crée son événement automobile

Publié le 3 décembre 2004

Par Tanguy Merrien
4 min de lecture
Pour la troisième édition de ses Trophées du partenariat Ecole-Entreprise, le Garac, école de la filière automobile, a transformé une traditionnelle remise de prix en événement médiatique. Lorsqu'en 2002, la première invitation du Garac tombait sur les bureaux des professionnels de...
Pour la troisième édition de ses Trophées du partenariat Ecole-Entreprise, le Garac, école de la filière automobile, a transformé une traditionnelle remise de prix en événement médiatique. Lorsqu'en 2002, la première invitation du Garac tombait sur les bureaux des professionnels de...

...l'automobile, la surprise l'emportait encore sur l'adhésion. Comment en effet une école, aussi réputée fût-elle, pouvait-elle organiser une manifestation événementielle sur un thème aussi peu porteur que la formation ? Comment un établissement scolaire s'arrogeait-t-il le pouvoir d'être novateur quand il était de bon ton d'associer le mot école au concept de rétrograde ? Comment un centre de formation professionnelle réussirait-il à rassembler les acteurs de la filière automobile lorsque beaucoup de spécialistes, à grand renfort de publicité, échouaient face aux agendas trop pleins des décideurs ? Pourtant, venus en curieux, les invités du premier jour réussissaient déjà à rendre trop exiguë la salle alors même que les élèves étaient venus en petit nombre. Les Trophées, une réplique en modèle réduit de la sculpture trônant face au cœur de l'école, récompensaient les partenaires de l'école sous les yeux encore ébahis des décideurs et des représentants de toutes les fédérations. La seconde année, la présidence de Jean-Martin Folz, le patron enjoué et envié de PSA, auréolait la cérémonie de nouveaux contours : la formation initiale professionnelle représentée par le Garac s'entendait sous le prisme des besoins futurs de l'entreprise. Pour sa troisième édition, les Trophées du Garac ont encore franchi une étape en s'inscrivant dans les agendas des acteurs de l'automobile comme un rendez-vous incontournable, quasi institutionnel.

Renault parraine, soutient et investit

Bien que Louis Schweitzer, empêché, n'ait pu physiquement être là, le président de Renault avait tenu à marquer son soutien à la manifestation en faisant projeter une déclaration filmée et en déléguant un collaborateur de talent en la personne de Marie-Christine Caubet, directeur commercial France du groupe. L'engagement de Renault aux côtés du Garac n'avait rien d'anodin. En rappelant son attachement à la formation professionnelle, Louis Schweitzer interpellait l'assistance - plusieurs centaines de personnes - au sujet du déficit en jeunes dans les métiers de l'automobile. Un intérêt qu'a développé Marie-Christine Caubet par l'affirmation de la nécessité d'un rapprochement fort et fructueux entre l'entreprise qui embauche et l'école qui forme. Un commentaire qui prend toute sa mesure lorsque le directeur commercial France de Renault annonce 9 000 embauches en 2005, dont 4 000 dans le réseau ! Un commentaire qui prend également tout son sens quand on apprend que le groupe, en 2003, a accueilli 600 jeunes en alternance et 4 200 stagiaires.

Les Trophées récompensent tous les secteurs de la filière

Les membres du conseil d'administration ne s'y sont pas trompés et ont applaudi ce discours, à commencer par Jean-Pierre Trenti, président du Garac, Guy Lazard, président du Gnesa (Groupement national des électriciens et spécialistes de l'automobile), Roland Gardin, président du CNPA (Conseil national des professions de l'automobile) ou encore Patrick Petit, président de la FFC (Fédération française de la carrosserie). Sous la houlette d'Armand Carillo, directeur général du Garac, et de Catherine Rajalu, directrice de la communication, la cérémonie a mis en scène tous les secteurs de la filière automobile, ou presque tous. Il manquait en effet cette année le secteur de l'équipement, au grand regret d'Armand Batteux, président de la Fiev (Fédération des industries des équipements pour véhicules) qui remit le trophée des importateurs. Dans la catégorie Distribution-Indépendants, le trophée a récompensé la société DBS Car, dirigée par Bernard Souza. Catégorie Distribution-Réseau, c'est le groupe Schumacher (distributeur Renault), présent dans la région parisienne et l'Ouest de la France, qui l'a emporté. Catégorie Constructeurs, le groupe Gruau, représenté par Pascal Pajot, s'est vu décerner le prix. Catégorie Conseil et Services, le trophée a été remis à une banque, à savoir la Société Générale, très surprise d'obtenir une telle récompense ! Catégorie Distributeurs, Gilles Chauveau, président-directeur général de Speedy, a reçu son trophée des mains du nouveau président de la Feda, Michel Vilatte. Catégorie Importateurs, le groupe Toyota a été une nouvelle fois mis à l'honneur, le prix ayant été remis à Michel Gardel, vice-président et directeur général de Toyota France, et Philippe Gaultier, directeur de l'Université Toyota. Très attendu, le Trophée d'honneur a récompensé les travaux de René Ancel, inspecteur général honoraire de l'Education nationale, aujourd'hui en retraite. Puis, très prisé également, le Trophée de l'Homme de l'année de la formation initiale a salué l'action d'Alain Rochette, chargé des relations avec le monde éducatif pour PSA. Enfin, les élèves, à qui la cérémonie était dédiée, n'ont pas été oubliés puisque le Garac a profité de l'occasion pour remettre les diplômes de la promotion 2004, "Management de la qualité dans les services de l'automobile", une formation post-BTS où le major, Antoine Gillet, a obtenu 15,10 de moyenne générale. Dans notre prochaine édition, vous retrouverez un portrait complet des entreprises et professionnels récompensés.

Hervé Daigueperce

Voir aussi :

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle