S'abonner
Services

ZFE : c’est pas gagné !

Publié le 30 novembre 2022

Par Damien Chalon
3 min de lecture
Le club automobile Roole dévoile les résultats de son premier Observatoire sur la mobilité automobile des Français. Le constat est que le concept des ZFE est encore mal ou peu connu. Les personnes interrogées s’inquiètent aussi du coût nécessaire pour se mettre en conformité.
Le club automobile Roole dévoile les résultats d’une enquête Ipsos menée pour son compte et son Observatoire sur la mobilité automobile des Français.

Enquête après enquête, force est de constater que les zones à faibles émissions, les ZFE, ne constituent pas une préoccupation majeure pour une majorité de Français. Cela relève davantage d’un manque d’information que d’une défiance vis-à-vis de ce dispositif qui va progressivement restreindre l’accès d’une partie du parc automobile aux principales métropoles du pays.

 

Ce constat est une nouvelle fois dressé par le club automobile Roole qui dévoile les résultats d’une enquête Ipsos menée pour son compte et son Observatoire sur la mobilité automobile des Français.

 

A lire aussi : Les Français inégaux devant les aides à la mobilité

 

Le premier chiffre qui interpelle est le suivant : 56 %. Soit la part des Français qui reconnaissent ne pas savoir ce qu’est une ZFE. Parmi les 44 % qui sont donc au courant, 13 % disent savoir très bien de quoi il s’agit. Les plus jeunes (51 %) et les CSP + (53 %) sont plus susceptibles de définir ce que sont les ZFE. Inversement, les femmes sont 66 % à admettre ne pas connaître les ZFE, contre 45 % des hommes.

 

L’enquête va plus loin en révélant que changer de comportement à la suite de la mise en place d’une ZFE sera simple pour 35 % des Français. A l’inverse, 37 % des Français estime que cela sera compliqué, notamment les plus de 35 ans et les habitants des communes de moins de 20 000 âmes.

 

Poche de résistance

 

"Au-delà de formes de méconnaissance, on trouve également parmi les enquêtés des positions de défiance, voire de résistance", note Roole. 13 % des enquêtés reconnaissent que dans le cadre de la mise en œuvre effective ou annoncée d’une ZFE, ils ne respecteraient ou ne respectent pas l’interdiction de circuler de leur véhicule.

 

On trouve aussi des formes d’échappatoires : 15 % des interrogés ne se rendraient plus dans les lieux concernés par l’interdiction ; 5 % songeraient même à déménager. Cette résistance est principalement liée au coût que représente le changement de véhicule, un argument cité par 67 % des personnes trouvant cette adaptation compliquée.

 

A lire aussi : ZFE : vers des sanctions automatisées allant jusqu'à 68 euros

 

Une petite moitié des Français qui possèdent un véhicule thermique ont prévu de le remplacer par un véhicule propre au cours des 2 prochaines années (46 %). Ce sont surtout les hommes (51 %), les 18-34 ans (53 %) et les CSP + (52 %) qui disent avoir l’intention d’acheter un véhicule propre. Près d'un tiers de ceux qui aimeraient remplacer leur véhicule souhaitent acquérir un véhicule électrique (30 %), ou un hybride rechargeable (28 %).

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle