S'abonner
Services

Vers une taxe pour les SUV qui circulent dans Paris ?

Publié le 23 janvier 2023

Par Catherine Leroy
3 min de lecture
Les SUV sont dans la ligne de mire de la ville de Paris. David Belliard, adjoint d'Anne Hidalgo, propose une taxation de ces véhicules pour financer les transports en commun de la région Ile-de-France.
SUV qui roule dans une ville
David Belliard, adjoint d'Anne Hidalgo, propose une taxation des véhicules pour financer les transports en commun de la région Ile-de-France. (© Yuri Bizgaimer - stock.adobe.com)

Comment renflouer le budget annuel d’Ile-de-France Mobilités (IDFM) qui aujourd'hui atteint déjà la coquette somme de 10 milliards d'euros ? Quelques idées pointent déjà du côté de la mairie de Paris, dont celle de taxer les SUV. La Ville de Paris reste en effet une grosse contributrice (près de 6 % de ce budget) à cette autorité organisatrice des mobilités dans la région francilienne.

 

D'autant que les besoins de financement d'IDFM ne vont faire que croître au cours de la prochaine décennie. Les investissements liés aux transports pour le Grand Paris Express et aux prolongements des lignes de métro et de RER devraient nécessiter un budget supplémentaire de l'ordre de 3 milliards d'euros en 2032.

 

Éviter une nouvelle hausse du Pass Navigo

 

David Belliard, adjoint à la maire de Paris, mais aussi vice-président d'IDFM, a notamment lancé quelques pistes de réflexion. Avec un objectif : éviter d'augmenter à nouveau le Pass Navigo, qui vient de passer de 75,20 euros à 84,10 euros au 1er janvier 2023.

 

Parmi celles-ci, figure notamment la création d'une éco-contribution colis. La ville de Paris compte environ 500 000 colis livrés par jour. Ces derniers pourraient dès lors faire l'objet d'une taxation spécifique prise en charge par les opérateurs.

 

L'instauration d'une écotaxe poids-lourd reste également à l'étude. Elle permettrait de dégager un trésor de guerre pour la région qui connaît près de 4,4 millions de mouvements de marchandises par semaine.

 

L’adjoint à la mairie de Paris chargé des transports et des mobilités recommande par ailleurs une refonte du versement mobilité via une "augmentation de la contribution des entreprises les plus rentables" ou la mise en place d’un système de bonus-malus en fonction des efforts effectués par les entreprises pour réduire leur empreinte carbone.

 

"Il semble donc légitime de proposer la création d’une zone dite zone premium, qui impliquera des entreprises capables de supporter une hausse du Versement Mobilité. La zone rassemblera Paris Centre, les 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 16e et 17e arrondissements de Paris et les villes d’Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Rueil-Malmaison, Suresnes, Puteaux, Nanterre et Neuilly-Sur-Seine, zone dans laquelle un taux de 5,2% du Versement Mobilité est appliqué", explique l'élu parisien.

 

 

Les SUV  à nouveau pointés du doigt

 

Enfin, David Belliard estime tout aussi légitime de faire peser une nouvelle taxe sur les SUV, dès 1 400 kg, sur le principe du pollueur-payeur. "L’achat de ces véhicules lourds, grands émetteurs de gaz à effet de serre, s'associe à une sociologie bien particulière : une clientèle privilégiée. Il ne s’agira donc pas de cibler et pénaliser les automobilistes les plus modestes". Cette proposition avait déjà été lancée par Valérie Pécresse, présidente d'IDFM lors des négociations sur le budget 2023.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle