S'abonner
Services

Shell Eco-marathon : évolution durable

Publié le 8 juin 2007

Par Tanguy Merrien
10 min de lecture
Pour sa 22e édition consécutive, le Shell Eco-marathon a définitivement inscrit sa démarche dans la durée. Le professionnalisme de l'organisation allié à l'engagement intelligent des partenaires a su répondre à l'enthousiasme technologique des quelque 250 équipes étudiantes participant au...
Pour sa 22e édition consécutive, le Shell Eco-marathon a définitivement inscrit sa démarche dans la durée. Le professionnalisme de l'organisation allié à l'engagement intelligent des partenaires a su répondre à l'enthousiasme technologique des quelque 250 équipes étudiantes participant au...
Pour sa 22e édition consécutive, le Shell Eco-marathon a définitivement inscrit sa démarche dans la durée. Le professionnalisme de l'organisation allié à l'engagement intelligent des partenaires a su répondre à l'enthousiasme technologique des quelque 250 équipes étudiantes participant au...
...challenge. On les appelle tous "étudiants" même si certains d'entre eux affichent leur pré-adolescence avec détermination et leur 50 kg avec ostentation. Surtout les filles, recherchées exceptionnellement pour cette occasion comme pilotes pour leur poids plume et leur taille de guêpe. Mais étudiants, ils le sont tous, travaillant sans relâche toute l'année, souvent en dehors des heures scolaires ou universitaires, parfois dans des conditions difficiles - une équipe turque avait tout investi dans son prototype au détriment de son installation et de la restauration - pour la plupart avec leurs professeurs voire avec l'établissement tout entier. Un seul objectif les animant, être prêts pour produire le véhicule consommant le moins possible, le prototype écologique par excellence, pour la lutte finale contre les CO2. Du 11 au 13 mai derniers, sur le circuit de Nogaro dans le Gers, ils étaient plus de 250 équipes venues d'une vingtaine de pays d'Europe, du Canada et de Singapour pour répondre à l'invitation du groupe Shell et de ses partenaires Bosch, SKF, Michelin, Autosur ou encore Adecco. De l'énergie au service de l'énergie Cette année encore, les équipages ayant choisi les moteurs à combustion interne étaient les plus nombreux (116 utilisant du super, 21 le gazole et 18 le GPL), mais deviennent de plus en plus tentés par l'éthanol (19 équipages). Cependant, ce qui était le plus remarquable, c'est le nombre d'équipes ayant misé sur les énergies alternatives : presque 70 d'entre elles dont 27 pour l'hydrogène afin d'alimenter une pile à combustible. L'énergie solaire était aussi au rendez-vous. En définitive, le circuit de Nogaro, qui vient de se doter d'un nouveau bâtiment particulièrement agréable et fonctionnel, s'est transformé pendant trois jours en véritable laboratoire de recherche. Que ce soit en prototypes ou en UrbanConcept (véhicules s'approchant le plus possible des voitures circulant actuellement), les équipes cherchaient encore sur le circuit comment réduire la consommation, modifier l'ergonomie de certains équipements, alléger le poids ; les ordinateurs voisinaient avec les pinces coupantes, les circuits électriques cohabitaient avec les matériaux de récupération, les batteries avec les plans ou les moules pour expliquer les évolutions, les innovations, les décou-vertes. Impressionnant aussi, cet échange permanent entre les équipes, n'hésitant pas à montrer telle invention, détailler tel mode de carburation ou emprunter un outil dans un esprit constr[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle