S'abonner
Services

Mobivia valide sa plateforme d'échange de données

Publié le 10 mai 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Le groupe nordiste dispose désormais d'une place de marché au travers de laquelle il partage et commercialise des données auprès de partenaires tiers. Un projet que Mobivia a confié à sa filiale MGTS, la centrale d'achat, qui s'est rapprochée de Dawex, expert français du genre.
Anonymisées, les données des clients de Mobivia pourront être partagées ou commercialisées par la plateforme mise en place.
Anonymisées, les données des clients de Mobivia pourront être partagées ou commercialisées par la plateforme mise en place.

Après un an de mise en œuvre, le concept est validé. Le groupe Mobivia va poursuivre son investissement dans la plateforme d'échange de données dont il s'est doté en 2021. Une interface aux allures de place de marché au travers de laquelle il commercialise ou partage sous certaines conditions des informations auprès de tiers partenaires.

 

Ce projet d'envergure est à mettre au crédit de MGTS, la centrale d'achat de Mobivia. "Nous avions des données en stock et souhaitions construire un modèle économique viable, explique Ludovic Codeluppi, directeur produit à l'international de la filiale, et instigateur du projet. Nous avons été présentés à Dawex qui nous a accompagnés dans cette voie".

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, derrière le nom de Dawex se trouve un leader mondial dans la conception de plateformes d'échange de données. Dans un univers dominé par les géants américains, l'entreprise défend fièrement les couleurs françaises au point de figurer dans la liste des références établies par le cabinet Deloitte. Mais revenons au sujet.

 

Cette collaboration a démarré très fort. Il faut dire, comme le souligne Fabrice Tocco, cofondateur de Dawex, que "Mobivia avait déjà une stratégie d'exploitation des données en interne et qu'il s'agissait alors de dupliquer le modèle vers l'extérieur". Ensemble, il a fallu construire le plan de développement et ajuster le modèle d'affaires.

 

Un chiffre d'affaires potentiel significatif

 

Ensuite, Mobivia a fixé ses conditions. Les données sont intégralement anonymisées et permettent de définir des profils types de client et d'identifier des usages. "Nous sommes allés voir nos fournisseurs habituels pour en faire des clients", présente Ludovic Codeluppi, qui pense notamment aux équipementiers qui alimentent les rayons des enseignes du groupe. "Il y a un véritable rééquilibrage des positions", souligne Fabrice Tocco.

 

"Les données amènent de la transparence là où les dogmes s'imposaient, apprécie Ludovic Codeluppi. La masse d'informations collectées en magasin permet de valider ou d'invalider des idées poussées par les équipementiers. Nous leur offrons un accès à un laboratoire géant". Raison pour laquelle, soulignons-le, aucun concurrent direct de Mobivia n'a accès à la plateforme.

 

A lire aussi : Mobivia expérimente l'abonnement automobile à Lille

 

MGTS et Dawex ont avancé sans point de comparaison puisqu'il n'existe aucune autre plateforme de la sorte dans le secteur. L'idée était de créer de la valeur pour les enseignes. Force est de constater que Mobivia a tiré profit de cette première année. Rentable, le concept peut donc aller plus avant. En conséquence, Ludovic Codeluppi va changer de rôle dans l'organisation pour superviser à plein temps le développement de cette place de marché. La phase de démarrage a laissé entrevoir un potentiel intéressant avec un chiffre d'affaires "significatif".

 

A ce titre, il va prendre la route et démarcher des partenaires potentiels. Bien sûr, il y a les start-up hébergées par ViaID, autre entité du groupe Mobivia, qui ont manifesté un intérêt. Mais il y a également les banques et d'autres secteurs. "L'année à venir doit conduire à un élargissement de l'écosystème. Les acquéreurs de données réclament plus de professionnalisation et nous sommes en mesure de répondre à leur demande", glisse Ludovic Codeluppi.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle