S'abonner
Services

Jamais sans mon ERP !

Publié le 11 novembre 2005

Par Tanguy Merrien
3 min de lecture
La distribution automobile européenne voit son informatique évoluer à grands pas, une évolution accélérée par l'arrivée sur le marché de certaines majors aux atouts technologiques indéniables. De plus, la rationalisation du secteur, initiée par les constructeurs, s'ajoute aux mutations internes...

...que connaissent les éditeurs.


Conserver son cœur de métier tout en s'adaptant aux spécificités du marché et des clients. Etre proche des constructeurs - être préconisé par eux - et leur proposer des solutions globales, toujours plus innovantes. Faire preuve de dynamisme et de pertinence. Et puis surtout, voir plus loin et plus grand. Bref, telles sont les clés d'un succès annoncé pour un prestataire informatique digne de ce nom. Certains prédisent déjà que dans 5 ans, la concentration accélérée du marché va écrémer le nombre de ces prestataires et que seuls les cinq plus résistants survivront. Ces "géants de l'informatique" élevés à l'ERP, ces logiciels derniers cris ultra perfectionnés, devront démontrer leur capacité à proposer un service complet et homogène aux constructeurs, à l'échelle internationale, qui plus est. Les éditeurs nationaux, pour ne pas dire locaux, auront disparu : trop petits, pas assez d'envergures, peu de moyens, trop spécialisés… Les éditeurs sont appelés à devenir les fournisseurs informatiques de rang 1 des constructeurs avec la même logique qui anime les plus grands équipementiers : Suivre au plus près le client, développer un marché de prestataires sur place (rang 2 et 3), optimiser la chaîne, réduire les coûts, standardiser les process et les produits… D'ailleurs sur ce point, l'Europe pourrait-elle imiter les Etats-Unis en mettant en place un programme de coopération entre éditeurs de DMS ? Depuis 5 ans là-bas, il existe le Star, Standard for Technology in Automotive Retailing. L'opération consiste à créer des standards informatiques communs à tous les éditeurs afin qu'ils puissent travailler avec tous les réseaux constructeurs, et accroître ainsi la concurrence. L'Europe risque de mettre du temps avant de voir un programme identique se mettre en place. Les préconisations ne sont pas aussi fortes au pays de l'Oncle Sam, et les distributeurs américains sont, très souvent, de grandes plaques multimarques moins confrontées au diktat des constructeurs. Mais l'Europe s'ouvre, inévitablement, la concurrence également, alors laissons le temps au temps.

La simplicité est la source de l'efficacité

La libéralisation du marché, la concentration des réseaux, l'internationalisation des clients et enfin l'apparition des réseaux multimarques constructeurs en mal d'informatisation… les SSII doivent prendre en compte un environnement en mutation permanente. D'ailleurs, a-t-on encore le droit de les nommer ainsi, SSII ? Ne sont-ils pas plutôt devenus des éditeurs ou bien des distributeurs de progiciels de gestion, voire carrément des intégrateurs (en deux mots) ? Plus simplement, la plupart d'entre eux se qualifient de "partenaires informatiques". Tout est dans la formulation. La simplicité rend plus efficace. Alors pourquoi ne pas en faire autant avec les termes technologiques qui règnent en maîtres absolus dans le langage informatique et ramènent bassement l'utilisateur à sa plus simple condition, c'est-à-dire utilisateur lambda. "L'ASP est l'avenir de l'homme ! Oui, mais jamais sans ERP. Certes, mais que fait-on alors de la CRM ?"... M comme "Marketing", non ? 
 
Muriel Blancheton

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle