S'abonner
Industrie

V2X : comment passer à la vitesse supérieure ?

Publié le 19 juillet 2021

Par Gredy Raffin
9 min de lecture
TRIBUNE - Responsable de la technologie et du marketing automobile de Keysight Technologies, société de conseil en ingénierie de pointe, Alan Varghese se penche sur le sujet de la connexion entre les véhicules et leur environnement, le concept de V2X se concrétise.
La mobilité urbaine s'en trouvera améliorée une fois que les véhicules communiqueront en V2X avec le mobilier et les infrastructures.
La mobilité urbaine s'en trouvera améliorée une fois que les véhicules communiqueront en V2X avec le mobilier et les infrastructures.
  Dans certaines situations, il est préférable de n’en faire qu’à sa tête, quitte à présenter des excuses par la suite. C’est peut-être ainsi qu’ont raisonné les élus d’Alpharetta, ville moyenne située au nord-ouest de l’État de Géorgie (États-Unis), lorsqu’ils ont décidé en 2019 de passer outre les problématiques de réglementation et de spectre de fréquence pour incorporer la technologie V2X[1] (« vehicle-to-everything ») dans 150 feux de circulation du centre-ville. Leur objectif était simple : résorber les embouteillages en déployant une technologie de priorisation des feux de circulation qui permette aux véhicules de secours d’arriver plus rapidement sur les lieux du sinistre.   La technologie V2X n’est pas à proprement parler une nouveauté, dans la mesure où son développement remonte déjà à une vingtaine d’années (la première spécification de communications V2X par Wi-Fi a en effet été publiée par l’IEEE en 2010). Malgré toutes les promesses d’amélioration de la sécurité à bord des véhicules et sur les routes, le marché du V2X a eu du mal à décoller. De plus, le manque de clarté concernant les réglementations relatives au spectre de fréquence utilisé dans le monde a limité le marché des appareils, sans oublier l’absence de tests d’interopérabilité et de certification. Cette situation a fait le jeu d’une approche concurrente basée sur les communications cellulaires, la technologie C-V2X (Cellular Vehicle to Everything), laquelle a bénéficié du soutien des membres de l’association industrielle 5G Automotive Association (5GAA).   En novembre 2020, la Commission fédérale américaine des communications (FCC) a approuvé un changement de règle autorisant l’attribution de 45 MHz de la bande V2X à une utilisation sans licence (Wi-Fi), au grand désarroi de la communauté automobile. Plus récemment, en mars 2021, le ministère américain des Transports (DoT) a publié un appel d’offres[2] en vue de collaborer avec une entreprise capable de fournir les services, les ressources et les installations nécessaires pour tester les technologies 5G NR (New Radio) futures et émergentes dans le contexte des applications V2X.   L’intérêt de l’Union européenne (UE) a initialement porté sur les communications dédiées à courte portée, l[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle