S'abonner
Industrie

Semi-conducteurs : Bosch espère un retour à la normale en 2023

Publié le 9 février 2022

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Bosch estime que la pénurie de semi-conducteurs se fera encore sentir en 2022 avant un retour à la normale en 2023. L'équipementier a également salué les investissements annoncés par la Commission européenne afin de produire une partie de ces composants.
Pour Bosch, la disponibilité des semi-conducteurs devrait s'améliorer en 2022.
Pour Bosch, la disponibilité des semi-conducteurs devrait s'améliorer en 2022.

Bosch, dont le chiffre d'affaires a déjà dépassé son niveau d'avant crise en 2021, a enregistré une hausse de 60 % de son bénéfice opérationnel, à 3,2 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires de 78,8 milliards, selon des chiffres annuels préliminaires publiés mercredi 9 février 2022.

 

"Les pénuries de semi-conducteurs resteront un grand défi" après avoir causé en 2021 des problèmes, parfois "d'une grande ampleur, dans tous les secteurs, de l'automobile aux machines-outils", a noté le patron de Bosch, Stefan Hartung. "Cela va s'améliorer au fil des mois en 2022", a estimé le dirigeant, qui a succédé en début d'année à Volkmar Denner à la tête du groupe et qui espère "pouvoir dire en 2023 qu'on travaille à nouveau comme on le souhaite".

 

La branche phare des composants automobiles "Mobility Solutions" de Bosch a vu son chiffre d'affaires progresser de 7,5 % en 2021, mais pourrait quand même afficher un résultat opérationnel négatif lors de la présentation des chiffres détaillés début mai, a expliqué le directeur financier.

 

A lire aussi : Bosch crée une filiale dédiée aux logiciels

 

L'offre actuelle en composants électroniques "ne suffit pas" face à une "très forte demande" et "la seule solution" est d'augmenter la production, a relevé Stefan Hartung. "Les usines de semi-conducteurs doivent être développées partout dans le monde", a-t-il ajouté, saluant la "formidable" initiative européenne en ce sens pour réduire la dépendance envers l'Asie et produire 20 % du marché mondial en 2030.

 

Pour cela, la Commission européenne a proposé, mardi 8 février, de débloquer 43 milliards d'euros en faveur de ce secteur stratégique. "Il est maintenant important de s'assurer que les investissements se font dans les bons domaines, qui correspondent au marché européen" car "tout semi-conducteur ne doit pas forcément être fabriqué en Europe".

 

De son côté, Bosch va investir en 2022 quelque 400 millions d'euros dans ses sites de production de semi-conducteurs, notamment à Dresde où le groupe a inauguré en juin 2021 une nouvelle usine de puces. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle