S'abonner
Industrie

Qualcomm signe des contrats majeurs avec Renault, Honda et Volvo

Publié le 5 janvier 2022

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
Dans le cadre du CES de Las Vegas, le fabricant de composants électroniques a dévoilé des partenariats avec Renault, Honda et Volvo. Ceux-ci font de Qualcomm la pièce maîtresse de la connectivité des véhicules de future génération.
Les premières implémentations de composants commenceront chez Honda dès 2022 (© Volvo Cars)
Les premières implémentations de composants commenceront chez Honda dès 2022 (© Volvo Cars)

Il faut s'y faire, désormais les constructeurs parleront de châssis digital. Et, dans cette optique, Volvo, Honda et Renault ont décidé de s'appuyer sur les compétences de Qualcomm, a-t-il été annoncé, le 4 janvier 2021, par le fabricant de semi-conducteurs, à l’occasion du CES de Las Vegas (États-Unis).

 

Qualcomm va fournir les architectures électroniques des prochains modèles de ces trois constructeurs. Les circuits intégrés Snapdragon Cockpit, alliés aux logiciel Android Automotive de Google, équiperont notamment le prochain modèle électrique de Volvo ainsi que celui de sa filiale Polestar. Ces puces, qui permettent notamment de gérer la navigation et la commande vocale, équiperont également les modèles Honda commercialisés aux États-Unis à partir de la fin 2022 , et dans le monde en 2023.

 

Porte ouverte aux nouveaux services monétisables

 

Renault, qui a collaboré avec le géant américain pour la Megane E-Tech, doit équiper toute sa production du "châssis numérique Snapdragon", à compter de 2026, a fait savoir Thierry Cammal, le vice-président du groupe en charge de la Software Factory, l'entité de gestion des logiciels embarqués pour le compte de l'Alliance.

 

A l'image de la marque au losange, les constructeurs entendent moderniser leurs produits en leur donnant la possibilité d'intégrer pleinement les environnements cloud et la 5G. L'architecture informatique même des automobiles changera. "Nous allons pouvoir délivrer des services associés d'un nouveau genre grâce à un environnement de machines virtuelles qui hébergeront différentes fonctions", projette Thierry Cammal qui entrevoit une hausse substantielle des revenus à la marge.

 

A lire aussi : Volkswagen et TomTom s'allient dans la durée

 

Par mesure de sécurité, Renault et Qualcomm pourront cependant isoler toutes les fonctions critiques car le châssis numérique Snapdragon amènera également les véhicules à un niveau supérieur de systèmes d'aide à la conduite, un prérequis vers une automatisation plus avancée. Souvenons-nous que Qualcomm s'est porté acquéreur de la société Arriver, une filiale de l'équipementier suédois Veoneer qui développe une plateforme d'assistance à la conduite. Annoncée en octobre 2021, cette opération doit se conclure dans les prochains mois.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle