S'abonner
Industrie

Northvolt choisit le Canada pour son usine de batteries en Amérique du Nord

Publié le 29 septembre 2023

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Le fabricant de batteries suédois a choisi le Québec pour implanter sa première usine de batteries en Amérique du Nord. Un investissement de cinq milliards d’euros pour installer, dans un premier temps, une capacité de 30 GWh.
Northvolt usine de batteries au Canada
Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau (au centre), lors de l'annonce de Northvolt. ©Emilie Nadeau/Compte X de François-Philippe Champagne, ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie.

Après Stellantis et Volkswagen, le suédois Northvolt a également choisi le Canada pour implanter son usine de batteries en Amérique du Nord. 

 

Elle sera situé au Québec, dans les villes de Saint-Basile-le-Grand et McMasterville, et demandera un investissement de cinq milliards d’euros (sept milliards de dollars canadien). Ce projet d’usine outre-Atlantique avait été annoncé en mai 2023, le suédois cherchant le meilleur lieu entre les États-Unis et le Canada.  

 

"Grâce à son accès unique à l'énergie renouvelable et aux matières premières, nous considérons le Québec comme la base d'opérations idéale pour la première gigafactory de Northvolt en dehors de l'Europe", a déclaré Paolo Cerruti, PDG du groupe en Amérique du Nord dans un communiqué.

 

Cette usine, qui représente l'investissement privé le plus important de l'histoire du Québec, a reçu des subventions du gouvernement canadien et de la province, précise le groupe. Elle emploiera jusqu'à 3 000 personnes. 

 

Début de production en 2026

 

Le Canada engagera des capitaux jusqu'à un maximum de 1,34 milliard de dollars canadiens dans le projet et le Québec 1,37 milliard de dollars canadiens, selon un communiqué conjoint du gouvernement fédéral et provincial.

 

La construction de la première phase du projet, d'une capacité de 30 GWh, devrait commencer avant la fin de l'année et les premières opérations devraient débuter en 2026. Northvolt compte faire monter ensuite le site à 60 GWh par an.

 

Ce projet va "permettre de créer des dizaines de milliers d’emplois indirects à travers le Québec et le Canada. C'est une excellente nouvelle pour les travailleurs et pour l'industrie", a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'une conférence de presse.

 

"Le Québec est en train de mettre en place tous les éléments de la filière batteries, de la mine jusqu'au recyclage", a renchéri François Legault, Premier ministre du Québec.

 

A lire aussi : La Canada, l’autre pays des batteries

 

Le Canada déploie depuis quelques années des efforts considérables pour attirer les acteurs du secteur des véhicules électriques, vantant ses incitations fiscales, son énergie propre et ses nombreux minéraux rares.

 

La stratégie canadienne s'inscrit dans la lignée de celle de son premier partenaire commercial, les États-Unis, dont le grand plan climat baptisé "Inflation Reduction Act"(IRA) prévoit des milliards de dollars de subventions pour les industries vertes.

 

Le secteur canadien de la fabrication automobile emploie plus de 500 000 personnes, pèse 14 milliards de dollars dans le PIB annuel du Canada et est l'une des principales industries exportatrices du pays. (Avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle