S'abonner
Industrie

Marelli attend la validation de son plan de restructuration

Publié le 27 juin 2022

Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
L'équipementier Marelli, fruit du rapprochement entre Magneti Marelli et Calsonic Kansei, s’est placé en redressement judiciaire. Le groupe italo-japonais fait face à une dette dépassant les 1 000 milliards de yens (environ 7 milliards d’euros).
Marelli a été créée en 2019 lorsque KKR a fusionné ses filiales Calsonic Kansei et Magneti Marelli.
Marelli a été créée en 2019 lorsque KKR a fusionné ses filiales Calsonic Kansei et Magneti Marelli.

L'équipementier Marelli, fournisseur notamment des constructeurs Nissan et Stellantis, a engagé le 24 juin une procédure de redressement judiciaire au Japon.

 

D’après plusieurs médias locaux, le groupe est plombé par une dette de 7 milliards d'euros et souhaitait obtenir un accord transactionnel avec ses 26 créanciers, prévoyant notamment l'annulation d'une partie de sa dette. Ne parvenant pas à obtenir l'unanimité requise pour cet accord, le fabricant a dû opter pour une procédure judiciaire.

 

Selon l'AFP, cette mesure devrait permettre de valider plus facilement le plan de restructuration de Marelli proposé avec son propriétaire, le fonds américain KKR, car une majorité des trois cinquièmes de ses créanciers suffira dès lors pour parvenir à une entente. Marelli a indiqué avoir obtenu l'aval de 95 % de ses créanciers pour son plan, espérant son approbation "début août", selon un communiqué de l'équipementier.

 

KKR prêt à accompagner Marelli

 

KKR a par ailleurs réaffirmé son soutien à sa filiale, se disant prêt à aider l’équipementier à redresser la barre. "Nous sommes totalement prêts à étendre des financements additionnels à Marelli (...) pour s'assurer que la société poursuive ses activités normalement durant la procédure", a indiqué le fonds américain.

 

Précisons que l’équipementier prévoit de maintenir son activité tout en se restructurant. L’industriel envisage la suppression de 3 000 postes, ainsi que la fermeture de plusieurs usines, principalement en Europe, parmi ses 170 sites de production.

 

A lire aussi : Les équipementiers automobiles durement touchés par la crise des semi-conducteurs

 

Marelli, qui compte environ 54 000 salariés dans le monde, a été durement touché par la cure d'austérité mise en place à partir de 2019 par Nissan, qui représente 30 % de ses ventes. La situation du groupe s’est par la suite dégradée avec la crise du Covid-19 et les perturbations des chaînes d'approvisionnement.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle