S'abonner
Industrie

Les primes font de la résistance

Publié le 16 janvier 2004

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Alors que sur les routes de France le nombre de tués, de blessés et d'accidents corporels a significativement baissé l'an passé, les primes d'assurances automobiles ont dans le même temps progressé. Pour 2004, elles devraient, selon les compagnies, au mieux stagner, voire augmenter à nouveau....
Alors que sur les routes de France le nombre de tués, de blessés et d'accidents corporels a significativement baissé l'an passé, les primes d'assurances automobiles ont dans le même temps progressé. Pour 2004, elles devraient, selon les compagnies, au mieux stagner, voire augmenter à nouveau....

...Si beaucoup dénoncent cet illogisme apparent, les assureurs avancent pour leur part des arguments d'ordre économique.


"Dans l'ensemble, les augmentations relativement importantes depuis le printemps 2002 ont été comprises des Français, grâce à un effort de pédagogie. Mais il y a des cas où la sinistralité se réduit. Ainsi, en matière de sécurité routière, les résultats sont maintenant indiscutables. Je crois que nos concitoyens, qui ont fait le gros dos pendant la période de hausse, ne comprendraient pas que les assureurs ne tirent pas toutes les conséquences des succès obtenus dans ce domaine", a estimé Francis Mer, ministre de l'Economie et des Finances, en clôture des Entretiens de l'assurance.
Cette prise de position se base avant tout sur les excellents résultats enregistrés en matière de sécurité routière l'année dernière. Les chiffres sont clairs. Sur les onze premiers mois de 2003, le nombre de tués a chuté de 21,8 %, le nombre de blessés de 19,8 % et celui des accidents corporels de 18 %.
La Fédération française des Automobile-clubs (FFAC) demande pour sa part que soit appliquée une réduction de 15 % des primes d'assurances. "Il s'agirait là d'un juste retour des efforts consentis par les automobilistes", note Christian Gérondeau, le président de la FFAC. Josiane Gorgibus, déléguée générale de cette même FFAC, précise pourtant qu'aujourd'hui son organisation "ne fait pas de procès d'intention aux assureurs". "Le rapport sinistre/prime doit s'étudier sur des années, explique-t-elle. La première année, nous observons. Par contre, il serait complètement anormal que si cette baisse des accidents se poursuivait, les primes soient à nouveau à la hausse les prochaines années. Même si la sinistralité se maintient cette année au même niveau qu'en 2003, il faudra une baisse des primes l'année prochaine."

Progression des indemnités

La position des assureurs est bien entendu tout autre. La Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) constate que, si la fréquence des sinistres a baissé de façon assez constante depuis 1992, le coût des indemnités versées aux victimes d'accidents n'a cessé d'augmenter. La fédération souligne non seulement la hausse des indemnités pour dommages corporels, mais également la progression du coût des réparations. Dans sa lettre d'information, la FFSA explique que le montant des indemnités versées aux blessés à la suite d'accidents a augmenté de plus de 50 % entre 1992 et 2003. Elle précise que les plus fortes croissances concernent la valeur du point pour incapacité temporaire de travail, les frais d'hospitalisation ainsi que les montants attribués en




EN CHIFFRES

Sécurité routière

Bilan des onze premiers mois 2003 :


  • Accidents corporels :
    80 079 (- 18 %)

  • Tués :
    5 251 (- 21,8 %)

  • Blessés :
    102 378 (- 19,8 %)
  • compensation des douleurs et des préjudices esthétiques et d'agrément.
    Selon les chiffres fournis par Sécurité et réparation automobiles, et repris par la FFSA, le taux moyen horaire de la main-d'œuvre de carrosserie s'est accru de 26,3 % de 1998 à septembre 2003 et le prix de l'équivalent horaire moyen des ingrédients de peinture de 31,7 %. Sur la même période, l'indice Insee des prix à la consommation augmentait de 7,5 %. De novembre 2002 à novembre 2003, le coût de la main-d'œuvre a progressé de 6,7 % et celui des ingrédients de peinture de 7,2 %. Avec une hausse de 1,8 % en septembre 2003 par rapport à septembre 2002, le prix des pièces détachées suit la même tendance haussière.
    Après une hausse globale l'an passé, les primes d'assurances automobiles devraient, cette année, à nouveau progresser ou au mieux stagner selon les compagnies. A titre d'exemple, les primes ont progressé en 2003 de 3,4 % à la GMF et de 3,8 % chez Azur. La Maaf et MMA assurent que leurs tarifs seront stables en 2004. La plupart des autres assureurs ne se prononcent pas encore pour cette année car ils fixent leurs prix au mois d'avril. Rappelons qu'en cette matière les tarifs ne sont pas encadrés et que chaque société d'assurances détermine sa propre politique tarifaire. 


    Cyril André

    Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
    Partager :

    Sur le même sujet

    Laisser un commentaire

    cross-circle