S'abonner
Industrie

Le gouvernement annonce de nouveaux prêts pour l'industrie

Publié le 14 décembre 2021

Par Catherine Leroy
2 min de lecture
Le ministère de l'Economie continue de soutenir l'industrie en proposant une batterie de mesures dédiées aux entreprises, dont un prêt spécial, pour un montant global de 700 millions d'euros.
Le gouvernement débloque une nouvelle aide de 700 millions d'euros pour le secteur de l'industrie.
Le gouvernement débloque une nouvelle aide de 700 millions d'euros pour le secteur de l'industrie.

La forte reprise économique que connaît la France possède son revers. Si la Banque de France estime que la hausse du PIB pourrait atteindre 6,75 % en 2021, de nombreux secteurs souffrent de la pénurie de composants et de la hausse du coût des matières premières.

 

Face à ces tensions, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, ainsi qu’Élisabeth Borne, ministre du Travail, ont annoncé de nouvelles mesures de soutien.

 

700 millions d'euros de prêt pour l'industrie

 

Un nouveau type de prêt pour le secteur industriel pourra être débloqué pour un montant compris entre 50 000 et 5 millions d'euros sur une durée possible jusqu'à dix ans. Le dispositif d'avances remboursables mis en place pendant la crise sanitaire pourra être cumulé avec un prêt garanti par l’État (PGE) ou un prêt bonifié, selon Bercy, qui a réuni les représentants de l'ensemble des branches industrielles lundi 13 décembre 2021. Les prêts pour l'industrie, dont l'enveloppe totale pourra atteindre 700 millions d'euros à terme, seront accordés par la banque publique d'investissements Bpifrance.

 

Contrairement aux prêts garantis par l’État, dont Bercy a confirmé la prolongation pour six mois jusqu'en juin 2022, les prêts pour l'industrie ne constituent pas une aide d’État car ils sont remboursables au taux de marché et ne nécessitent donc pas l'aval de la Commission européenne. "Le secteur automobile est l'un des plus touchés puisqu'il fait face à la fois au renchérissement des matières premières, avec certains métaux dont les coûts ont pu augmenter de 100 %, les plastiques jusqu'à 110 % et le caoutchouc parfois jusqu'à 80 %, ainsi qu'à la crise des semi-conducteurs qui les impacte doublement", a rappelé un conseiller du ministère

 

Par ailleurs, le recours à l'activité partielle de longue durée est rendu possible jusqu'à fin juin 2022.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle