S'abonner
Industrie

Continental s'appuie sur Ansys pour sa chasse aux ondes dans l'habitacle

Publié le 25 novembre 2021

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
Pour préparer efficacement l'étape de certification des véhicules connectés dans le domaine de la protection des occupants face aux émissions d'ondes, Continental a fait le choix de se reposer sur Ansys et sa solution de simulation.
Avec les outils d'Ansys, Continental simule les effets d'ondes magnétiques liés à la connectivité des véhicules.
Avec les outils d'Ansys, Continental simule les effets d'ondes magnétiques liés à la connectivité des véhicules.

Toujours plus d'équipements à bord, c'est toujours plus de risques sanitaires pour les occupants des véhicules. Dans l'objectif de franchir les étapes de certification des systèmes communicants embarqués, Continental a pris la décision de collaborer avec Ansys, la société spécialisée dans la simulation numérique. Un moyen pour l'équipementier de gagner un temps précieux dans la "chasse aux ondes néfastes", dans la phase amont de la conception des produits.

 

Avant la mise en place de cette coopération, Continental élaborait une stratégie, réalisait un prototype et se rendait à l'examen de passage. L'échec se voyait sanctionner d'un retour à la case départ. Le corps humain ne devant pas être exposé à des champs magnétiques allant au-delà des normes. "Le procédé de test change en fonction du produit. La simulation numérique nous permet d'arriver à une certification, explique Grégory Siguier, ingénieur de conception chez Continental à Toulouse. Nous voulons donc impliquer de plus en plus de simulation dans notre approche".

 

A lire aussi : Ubigi entre innovation et enjeux de la connectivité

 

A titre d'exemple, Continental met ainsi virtuellement à l'épreuve son antenne intelligente multifonction ou encore la charge par induction des smartphones. Grâce à une intégration continue par Ansys des normes en vigueur dans son logiciel, dont les derniers standards IEC de calcul de débit absorption spécifique (DAS), l'équipementier tient la garantie de réaliser ses tests en laboratoire dans les conditions réelles du procédé de certification officiel. "Il est question de remplacer la mesure par de la simulation, car aucun laboratoire ne réalise des tests sur les équipements faibles, or il s'agit ici de comprendre les effets combinés de tous les accessoires embarqués", éclaire Grégory Siguier.

 

Le bénéfice relève clairement du gain d'efficacité. Les ingénieurs peuvent envisager rapidement plusieurs scenarii. En fonction des résultats de simulation avec le logiciel Ansys, les équipes toulousaines de Continental ont la possibilité de modifier la conception d'un système pour diminuer la puissance et donc le rayonnement magnétique. Ils peuvent aussi, rapport à l'appui, éditer des recommandations pour le constructeur donneur d'ordre qui améliore son aménagement intérieur de telle sorte que les occupants soient préservés.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle