S'abonner
Industrie

Autoliv prend des mesures face aux pénuries

Publié le 22 octobre 2021

Par Damien Chalon
3 min de lecture
L’activité de l’équipementier spécialisé dans les airbags et les ceintures de sécurité est perturbée par toute une série de pénuries de matériaux. Le groupe a donc adapté ses capacités de production et révisé ses objectifs à la baisse.
Au troisième trimestre 2021, les ventes d'Autoliv ont rechuté de près de 10 %, à 1,85 milliard de dollars
Au troisième trimestre 2021, les ventes d'Autoliv ont rechuté de près de 10 %, à 1,85 milliard de dollars

Le numéro un mondial des airbags et ceintures de sécurité, Autoliv, prévoit de nouvelles réductions de capacités de production en Europe et en Amérique du Nord pour faire face aux problèmes croissants d'approvisionnement de l'économie mondiale, a annoncé l'équipementier automobile américano-suédois, vendredi 22 octobre 2021.

 

Au troisième trimestre, les ventes du groupe ont rechuté de près de 10 %, à 1,85 milliard de dollars, selon son rapport financier, un total inférieur aux attentes des analystes. Le bénéfice net a lui chuté de 40 %, à 60 millions de dollars, pénalisé par "la baisse des ventes et des coûts plus élevés des matières premières", malgré des mesures de réduction de coûts incluant des réductions d'effectifs. Fin septembre, Autoliv comptait 62 000 employés direct et indirects, soit 2 500 de moins que fin juin, selon son rapport.

 

A lire aussi : Luc Chatel, PFA : "La crise actuelle complique un peu plus cette transformation historique de l'automobile"

 

"Les tendances défavorables du marché du début d'année se sont accélérées au troisième trimestre", a commenté le PDG du groupe, Mikael Bratt. Le groupe a abaissé ses prévisions annuelles et prévoit désormais une croissance organique de ses ventes de 8 %, contre 16 à 18 % jusqu'ici, ainsi qu'une marge opérationnelle ajustée de 8 % également.

 

"Nous prévoyons et mettons en place des mesures plus strictes pour réduire l'effet de ces tendances défavorables, y compris des ajustements de capacité en Europe et aux États-Unis", indique-t-il dans le rapport trimestriel.

 

Envolée du coût du magnésium et des résines

 

La pandémie de coronavirus a bouleversé les chaînes d'approvisionnement mondiales, conduisant à des goulets d'étranglement sur les marchés des composants électroniques et notamment des semi-conducteurs, mais aussi du bois, des plastiques ou encore de l'acier, ce qui plombe de nombreux secteurs. Grâce aux mesures prises, l'impact négatif des problèmes de matières premières "a été légèrement moindre que prévu" au cours du trimestre, affirme Autoliv.

 

A lire aussi : Le coût des matières premières automobiles a pris 87 % en Europe depuis 2019

 

Mais l'équipementier signale de nouveaux problèmes de disponibilité, notamment liés au coût du magnésium et des résines. "Nous prévoyons que les perturbations d'approvisionnement vont continuer à affecter le marché des véhicules légers au quatrième trimestre", précise-t-il. "Même s'il y a des signes d'améliorations modérées de la disponibilité des semi-conducteurs en Asie et en Amérique du nord, la visibilité reste faible", souligne Autoliv.

 

Le groupe suédois avait réalisé une scission de ses activités en 2018, conservant son cœur historique des airbags et ceintures pour céder ses activités de conduite autonome, qui ont donné naissance à l'entreprise Veoneer. Cette dernière, qui produit des caméras, capteurs et autres radars destinés à l'assistance à la conduite, a été acquise début octobre par le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle