S'abonner
Distribution

VPAuto inaugure une salle d'enchères près de Marseille

Publié le 21 janvier 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
La maison de ventes de véhicules d'occasion aux enchères organisait, le 21 janvier 2022, la vente inaugurale de sa salle de Miramas (13). VPAuto poursuit donc sa stratégie de maillage du territoire national avec le groupe CAT, son partenaire logistique.
Avec l'ajout de Marseille, VPAuto maille le pays avec 7 salles des ventes aux enchères.
Avec l'ajout de Marseille, VPAuto maille le pays avec 7 salles des ventes aux enchères.

Et une salle de plus pour VPAuto. La maison de ventes aux enchères de véhicules d'occasion dirigée par François-Laurent Guignard a inauguré, vendredi 21 janvier 2022, une septième salle des ventes en France. Elle se situe à Miramas, près de Marseille (13), encore une fois sur le site logistique de le groupe CAT, son partenaire capitalistique.

 

Après les ouvertures de salles à Lyon (69), à Aulnay-sous-Bois (93) fin 2020 et plus récemment à Bordeaux (33), la maison bretonne confirme sa stratégie de couverture de l'ensemble du territoire, en plus de ses investissements à Setubal au Portugal. "VPAuto souhaite devenir un acteur de proximité qui propose des produits de qualité", répète François-Laurent Guignard. Le parc logistique qui sert également d'infrastructure de préparation des véhicules aux portes de la cité phocéenne permettra de stocker des milliers d'unités, d'après le directeur général.

 

Chaque mois, VPAuto organisera deux cycles de ventes aux enchères comme dans les autres salles. Les voitures seront livrées aux acheteurs depuis la site grâce à la flotte de camions de CAT. "Notre modèle présente l'avantage de mobiliser peu de ressources pour réaliser un nombre conséquent de transactions", apprécie François-Laurent Guignard. VPAuto embauche contractuellement entre 2 et 4 personnes par site.

 

Une pénurie arrivée à un palier ?

 

Au terme de l'année 2021, le directeur général estime à 9 500 euros le montant moyen d'adjudication. Il constate que les salles de ventes de Rouen (76) et Aulnay-sous-Bois s'inscrivent dans cette tendance, tandis qu'à Lorient (56), Nantes (44) et Lyon, les prix de transactions sont au-dessus. Dans cette dernière, par exemple, François-Laurent Guignard l'évalue à 12 000 euros de moyenne. "Nous pensons que le site de Marseille-Miramas se rapprochera davantage de celui de Bordeaux qui présente un montant d'adjudication moyen plus faible, situé entre 5 000 et 7 500 euros".

 

A lire aussi : EnchèresVO optimiste pour les mois à venir

 

Des valeurs qui dépendent en premier lieu du profil des apporteurs d'affaires. Sondé sur la question de l'approvisionnement, François-Laurent Guignard estime que le secteur est arrivé à un palier et qu'il est peu probable que l'effet de pénurie se complique davantage. "Les apporteurs disent garder encore de l'intérêt pour le canal des enchères car nous restons une soupape de sécurité, synthétise-t-il ses échanges avec ses partenaires. Il est évident qu'il manque les véhicules d'occasion issus des reprises, de la location courte durée et des buy-back". Et de conclure : "nous sommes tributaires du redémarrage des usines de production". L'inflation engendrée par le déséquilibre de l'offre par rapport à la demande a tout de même permis à VPAuto de terminer l'exercice en croissance, laisse comprendre le directeur général.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle