S'abonner
Distribution

Recherche partenaires pour relation sérieuse

Publié le 27 avril 2012

Par David Paques
11 min de lecture
Entre nécessité d’étayer les réseaux primaires et volonté de gonfler les réseaux secondaires, dans un seul et même but commercial, les marques sont actuellement entrées dans une importante campagne de recrutement.
A l’image de cette concession nantaise, propriété du groupe Jean-Claude Boucher, Mitsubishi, Skoda et Kia sont trois des marques dont les réseaux sont actuellement les plus ouverts à de nouveaux investisseurs.
A l’image de cette concession nantaise, propriété du groupe Jean-Claude Boucher, Mitsubishi, Skoda et Kia sont trois des marques dont les réseaux sont actuellement les plus ouverts à de nouveaux investisseurs.
Jamais les opportunités n’auront été aussi nombreuses. C’est du moins ce qui ressort de notre traditionnelle étude Open point, qui recense les objectifs des différentes marques en termes d’implantation sur le marché français. Nous comptons, en effet, entre 566 et 571 zones à couvrir, contre 489 l’année dernière à la même époque et 354 un an auparavant, deux années pourtant déjà importantes à ce niveau. La conséquence d’un groupe Volkswagen ambitieux, d’un Hyundai fraîchement filialisé aux objectifs élevés, d’un Nissan en phase de décollage, ou encore d’un Mitsubishi pour sa part “désuccursalisé” et pour lequel le groupe Frey joue une partie de son développement dans l’Hexagone. Ce sont ainsi entre 225 à 227 de ces dites zones libres qui devraient être comblées avant la fin de l’année. Tour d’horizon. Les Français en observateurs Comme de coutume, les constructeurs français ne sont pas ou peu concernés par ce type de développement, pour d’évidentes raisons d’antériorité, de maturité, voire d’optimalité. Les trois marques procédant à de simples retouches, de simples turnovers, mais n’éprouvant pas un besoin aussi marqué que les “importées” à parfaire leurs maillages. “Notre réseau nous permet d’assurer une couverture du territoire qui garantit la proximité avec nos clients”, résume par exemple Citroën. Peugeot et Renault sont dans le même cas. Nous noterons simplement, en revanche, que la marque aux chevrons cherche actuellement à étoffer quelque peu son réseau de réparateurs agréés. “Il reste des opportunités un peu partout en France. Une centaine de sites pourraient ainsi accueillir un réparateur agréé Citroën. Le profil recherché est un professionnel du commerce et de la réparation automobile. Les directions régionales sont le relais pour étudier et informer sur les candidats potentiels”, confirme le constructeur, sans pour autant donner d’échéance particulière pour cette manœuvre à l’issue de laquelle la marque pourrait compter environ 2 390 réparateurs agréés. Le cas Volkswagen Comme nous l’évoquions l’an dernier, la marque de Wolfsburg souhaite représenter 8 % du marché hexagonal à moyen terme et entend, entre autre, densifier sa représentation pour y parvenir. Le constructeur a en effet décidé de s’appuyer sur un réseau de 440 points de vente d’ici 2015. “Notre réseau de distributeurs est suffisant. En revanche, nous souhaitons étoffer notre maillage d’agents distributeurs”, confie la marque. Volkswagen espère ainsi recruter 70 nouveaux agents d’ici 2014, dont une trentaine dès 2012. “Quarante candidats sont aujourd’hui validés”, nous précise le constructeur. “Les nouveaux age[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle