S'abonner
Distribution

Oscaro dans une mauvaise passe ?

Publié le 21 décembre 2017

Par Mohamed Aredjal
3 min de lecture
Oscaro serait dans l’œil du cyclone. Selon plusieurs fournisseurs, le leader de la vente de pièces de rechange en ligne rencontrerait d’importants problèmes de trésorerie. Une situation préoccupante qui alimente de nombreuses rumeurs de rachat.
Oscaro a enregistré un chiffre d'affaires de 320 millions d'euros en 2016 pour 7,5 millions de clients.

 

"Des ardoises importantes", "des dettes de plusieurs millions d’euros", "des fournisseurs non payés", etc. Depuis quelques semaines, les rumeurs se font de plus en plus pressantes : Oscaro serait dans le rouge. Selon plusieurs sources concordantes, la situation financière du pure player est devenue préoccupante, inquiétant une bonne partie de ses fournisseurs. "Le modèle économique d’Oscaro a toujours été bancal et ça fait quelques années que c’est compliqué... Mais là, l’état de la trésorerie est vraiment inquiétant", confirme un grossiste. Un autre distributeur, qui a lui aussi préféré garder l’anonymat, nous a confié avoir entamé une procédure de recouvrement en raison d’impayés qui s’élèvent à près de 700000€…

 

Si les comptes d’Oscaro ne semblent pas être au beau fixe, peu de fournisseurs ont pourtant cessé leur collaboration avec la plateforme e-commerce. "Certains d’entre eux sont devenus trop dépendants du site… Et d’autres ne veulent pas le voir tomber, craignant l’arrivée d’un nouvel opérateur qui déréglerait davantage les prix marché", indique un équipementier. Plus retors, un observateur va jusqu’à laisser entendre qu’un "important fournisseur" – en l'occurence Autodis Group via Doyen Auto et ACR – laisserait courir l'encours de la dette d’Oscaro pour racheter, à terme, le pure player

 

Interrogé par nos soins, le groupement a réfuté ces allégations : "Partenaire de confiance de Autodis Group et de ses filiales, en particulier Doyen Auto et ACR Group, la société Oscaro est l’un des clients historiques d'Autodis Group sur le marché de la vente de pièces détachées automobiles en ligne. A ce jour, Oscaro demeure un partenaire commercial d'Autodis Group et ce dernier n’envisage pas de modifier la nature des relations qui unissent les deux sociétés."

 

Le démenti d’Oscaro

 

De son côté, Oscaro a démenti ces informations, reconnaissant quelques "tensions de trésorerie" qui n’ont rien d’inhabituel en fin d’année. Le déménagement de sa plateforme logistique, en août dernier, semble également avoir parasité les activités de l’entreprise. Ces propos ont été corroborés par plusieurs partenaires de la plateforme, qui nous ont confirmé avoir été finalement réglés malgré un retard de paiement.

 

Une chose est sûre : cette affaire pousse à s’interroger sur la pérennité du modèle économique des sites de vente de pièces de rechange en ligne. Accusé à plusieurs reprises d’être non rentable et de vivre sous perfusion, Oscaro avait d’ailleurs dû corriger ses comptes de 25 millions d’euros entre 2011 et 2013 selon nos confrères des Echos. Les récents déboires du pure player français font d’ailleurs écho à ceux de son homologue russe, Exist.ru. Créé en 1999, le leader de la vente de pièces détachées en ligne au pays des tsars a été placé sous liquidation en octobre dernier.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle