S'abonner
Distribution

On prend les mêmes et...

Publié le 26 mars 2004

Par Tanguy Merrien
4 min de lecture
Au bout du compte, tous les réseaux n'étaient pas sur la même ligne de départ le 1er octobre dernier. Nombreux étaient ceux qui ont mis à profit l'année 2003 pour réduire leur voilure en supprimant bon nombre de sites et en résiliant beaucoup de leurs partenaires. Les réseaux sont-ils enfin...
...en place ? Tous les réseaux n'étaient pas prêts. Pourtant, en brandissant le spectre de l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne, ils étaient nombreux à estimer que leurs opérateurs et leurs points de vente seraient prêts pour le 1er octobre dernier. Tous les constructeurs ne sont pas concernés par ce constat. Les trois français, par exemple, avaient débuté, dès 1998, le processus de concentration et, avec pertes et fracas, avaient considérablement réduit leur voilure, sachant qu'il fallait être opérationnel le jour J. Finalement, les trois réseaux français se sont considérablement concentrés et distancent de loin les autres : un investisseur Renault possède en moyenne 6 sites, un investisseur Peugeot en détient en moyenne 3,5 et un opérateur Citroën près de 3. En règle générale, les investisseurs se sont "raréfiés" du paysage automobile français : 212 partenaires en moins en 200[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle