S'abonner
Distribution

Entre réorganisation et concentration

Publié le 28 mars 2008

Par David Paques
23 min de lecture
La professionnalisation de tous les métiers au sein des concessions, souhaitée par nombre de constructeurs, n'a pas empêché les marques de vivre certaines restructurations de leur réseau de distribution durant l'année.PGA, Gérard,...
...Kaddoura, Schuller, Priod, Neubauer, Maurin, Cloppenburg… leurs noms reviennent sans cesse. Qu'importe la marque, qu'importe l'endroit. Comme à l'accoutumée, ce sont une nouvelle fois les grands groupes de distribution qui se sont principalement illustrés durant cette année 2007. Jouant, pour certains, sur la volonté des marques d'installer des plaques fortes, pour d'autres sur de simples opportunités de rachat, ou d'investissement. Inutile de rappeler combien ces groupes renforcent leur pouvoir, malgré les incitations des divers constructeurs à investir. Dans les standards, bien sûr, mais également dans les murs, les hommes, la formation, la technique, dans le business de la pièce… bref, de s'atteler à favoriser l'augmentation de la satisfaction clientèle.En 2007, nous comptabilisons 6 931 sites primaires (concessions plus annexes) pour 3 410 investisseurs, soit une moyenne globale de 2,03 sites par partenaires, contre 2,005, un an plus tôt. Pour stigmatiser l'instabilité interne des réseaux, il s'agit d'observer le nombre de reprises de contrats. L'an dernier, ce sont 155 contrats qui ont été repris entre partenaires, quand nous n'en recensions que 100 sur l'exercice précédent, soit une hausse de 55 % du nombre de reprises entre 2006 et 2007. Et en 2005, nous ne notions que 67 reprises. En deux ans, les transmissions de contrats ont ainsi crû de plus de 130 %. Pourtant, dans le même temps, la profession n'a pas véritablement mené de quête d'envergure pour multiplier les points de vente. Car, même si l'on constate une évolution en la matière, elle est davantage à rapprocher du multimarquisme grandissant. Un nombre de marques plus important dans les showrooms pour pallier les difficultés de nombreux distributeurs à dégager une rentabilité suffisante. D'autres acteurs viendront prochainement se faire chantre du multimarquisme : les Chinois. Car s'ils n'apparaissent pas encore dans notre classement, les choses pourraient être bien différentes dès 2008. On annonce en effet les premières commercialisations de véhicules chinois pour cette année. Des acteurs jouant à plein la carte multimarque et qui devraient, à n'en pas douter, accentuer cette tendance.A l'inverse, Volkswagen, Audi, Lexus, Lancia, Mini, qui ont depuis longtemps annoncé leurs envies d'exclusivité, ont véritablement démarré les transferts durant l'année. Renault : une moyenne de plus de 10 sites par investisseur !En 2007, Renault avait décidé de porter ses efforts sur la qualité, avec notamment la récompense de 71 distributeurs dans le monde (Global Quality Award) en mai, puis le programme de retour aux fondamentaux de la vente et de l'après-vente envoyé aux directions des sites à l'occasion du lancement de la nouvelle Laguna le 15 octobre dernier. Le réseau de la marque, que l'on annonçait stable, suit pourtant la tendance en 2006, à savoir une concentration toujours plus importante. Si le constructeur annonce un solde négatif de 13 sites par rapport à l'année précédente, il affiche également dix contrats d'importance repris durant l'année. En région parisienne notamment, avec la cession des affaires du groupe Girardin au groupe Daumont (Champigny-sur-Marne - Corbeil-Essonnes - Chennevières - St-Maur des Fossés). A l'Ouest, notons d'abord en Bretagne le rachat des sites de Pontivy, Vannes, Auray et Ploermel du groupe Arderieu par le groupe Bodemer, du site de Redon par le groupe Guilmault, mais aussi la cession, en Seine-Maritime, des affaires du groupe Beaudet au groupe Gueudet (Neufchâtel-en-Bray). En fin d'année, c'est le groupe Marquet qui revendait ses sites de Cluses et de Sallanches (Haute-Savoie) au groupe Manuel.En voyant sortir de son réseau des opérateurs comme Girardin, Arderieu, Marquet ou Beaudet, le constructeur au losange va cette année un peu plus loin dans la concentration de son réseau, déjà pourtant bien au-dessus de la moyenne nationale lors du précédent exercice. En 2007, ce sont en effet 73 investisseurs qui se sont partagés les 739 points de vente de la marque, soit plus de 10 sites par partenaire ! Un seuil historique malgré un nombre d'investisseurs "monosite" qui passe de 14 à 31. Dans le même temps, REA Group, rebaptisé le 1er janvier dernier Renault Retail Group, a fermé deux de ses filiales, à Pantin et Saint-Denis (93).Peugeot : encore des regroupements à prévoirComme Renault, Peugeot sort d'un exercice où le constructeur s'est attaché à réorganiser l'après-vente et le commerce de la pièce de rechange dans son réseau de distribution. Le constructeur sochalien a en effet déployé son programme Odas durant l'année écoulée. Mais à la différence de Renault, toutefois, le réseau de la marque au Lion s'est quant à lui montré plus stable, à son échelle. Avec aucune fermeture et aucune ouverture de site, Peugeot se distingue uniquement par la reprise de 14 contrats sur 2007, notamment la conséquence du développement d'Erik Chopard. Déjà présent en Franche-Comté, il a, en effet, successivement repris les sites de Montélimar (26), Aubenas (07), Dijon (21), Orange et Carpentras (84). Avec la sortie du réseau de 9 investisseurs en 2007, l'indice de concentration grimpe de 0,3 point sur l'année. Evolution la plus notable : les investisseurs "monosite" sont en baisse de 38 % dans le réseau et ne sont aujourd'hui plus que 34, quand les partenaires affichant plus de dix sites sont en hausse de 80 %. Ils sont en effet 9 contre 5 en 2006. "Les 3/4 du réseau sont d'un très bon niveau et seront capables de s'adapter avec nous. Avec les 25 % restants, nous avons une relation adulte. Il y aura des regroupements de manière à tirer le réseau vers le haut", explique Jean-Philippe Collin, directeur général de la marque Peugeot depuis le 1er janvier dernier, qui légitime les mouvements actuels en martela[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle