S'abonner
Distribution

45 000 entreprises de l'automobile à nouveau confinées

Publié le 19 mars 2021

Par Catherine Leroy
3 min de lecture
Avec l'annonce d'un troisième confinement dans 16 départements, ce sont 45 000 entreprises des services de l'automobile qui se retrouvent à devoir baisser le rideau. En attendant les décrets d'application, le CNPA appelle à une ouverture sur rendez-vous pour le public.
Lors du dernier confinement le click & collect n'avait pas permis d'enrayer la chute des commandes de véhicules.

 

Après l’annonce d’un confinement strict dans 16 départements français qui prend effet dès le 19 mars 2021 à minuit, les professionnels de l’automobile travaillant dans ces zones se retrouvent une nouvelle fois sans la possibilité réelle de travailler mais surtout sans savoir exactement quelles seront les règles qui leur seront imposées. Le Premier ministre ayant évoqué, dans son allocution du 18 mars 2021, une nouvelle notation baptisée "Activités de première nécessité", sans qu’aucune précision n’ait été apportée, les décrets d’application ne sont pas encore parus.

 

De nombreuses incompréhensions subsistent dans les secteurs du commerce avec, par exemple, la possibilité pour les coiffeurs de garder une activité, tout comme les libraires et les disquaires. L’automobile connaît également ses contradictions comme notamment la possibilité d’ouverture des showrooms pour les deux-roues mais pas pour les véhicules.

 

"La situation des entreprises de la filière reste très fragilisée par les deux premières vagues de confinement. L’automobile a connu une baisse d’activité sans précédent en 2020, les ventes de voitures s’étant effondrées de 25,5 %, revenant à un niveau jamais connu depuis 1975, et le début d’année restant particulièrement alarmant ", expliquait Francis Bartholomé, président du CNPA, lors de la visite de Geoffroy Roux de Bézieux dans la concession Peugeot du groupe Vauban à Argenteuil (95).

 

Une ouverture possible sur rendez-vous ?

 

Le CNPA, qui avait déjà demandé une ouverture du rendez-vous des showrooms lors des confinements dans le Pas-de-Calais et les Alpes Maritimes, appelle de nouveau le gouvernement à accéder à cette demande. "La branche des services de l’automobile et de la mobilité, pour les 16 départements mis en confinement, représente 45 000 entreprises et 125 000 salariés (auxquels s’ajoutent le Pas-de-Calais et les Alpes Maritimes), nous demandons donc la possibilité de maintenir une activité de vente de véhicules neufs et d’occasion, sur rendez-vous", explique le CNPA. "Compte-tenu du nombre journalier de livraison observé en temps normal, soit en moyenne 1 livraison de véhicule neuf par jour et par point de vente et le protocole sanitaire très strict mis en place, la commercialisation et les essais de véhicules neufs et d’occasion doivent être poursuivis."

 

Des stocks de véhicules au plus haut

 

La distribution automobile subit une baisse des ventes de véhicules neufs de -4,4 % depuis le début de l’année sur une base de référence, 2020, déjà faible. Or les stocks de véhicules particuliers et utilitaires, se trouvent à un niveau élevé, environ 4 mois de production. La fermeture des showrooms risque de mettre à mal une trésorerie déjà fragilisée. Le CNPA estime que 17 % des dirigeants de concession qui ont demandé un PGE (Prêt garanti par l’Etat) au printemps 2020 connaissent déjà des difficultés à faire face au remboursement. "L’ouverture des points de vente permettrait de maintenir une activité essentielle. Le click and collect, marginal, a déjà démontré, lors du deuxième confinement, qu’il ne peut constituer à lui seul une solution pour la vente de véhicules. Lors du deuxième confinement, les nouvelles prises de commandes avaient chuté de plus de 80 %", précise le CNPA.

 

Inconnue pour les auto-écoles

 

Lors du dernier confinement, les auto-écoles avaient pu faire passer l’examen du permis de conduite à leurs candidats mais n’avaient pas l’autorisation de poursuivre les cours. Le syndicat appelle donc à une cohérence dans les décisions : soit de maintenir complètement l’activité, soit de fermer les établissements et de suspendre le passage de l’examen.

 


 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle