S'abonner
Constructeurs

Stellantis : la rémunération de Carlos Tavares s'envole à 23 millions d'euros

Publié le 23 février 2024

Par Nabil Bourassi
2 min de lecture
Le patron du groupe automobile Stellantis va toucher près de 23 millions d'euros d'émoluments. Si son salaire fixe est en baisse en raison de la part variable, c'est la prime de réalisation d'objectifs sur trois ans qui fait gonfler sa rémunération, de quatorze millions d'euros l'an dernier. Un nouveau programme de prime est mis en place d'un montant de treize millions d'euros.
Stellantis Carlos Tavares salaire
Carlos Tavares voit sa rémunération passer de 14 à 23 millions d'euros en 2023. ©Stellantis

Le groupe Stellantis a publié son document de référence et le très attendu chapitre sur les rémunérations des dirigeants ne manquera pas de faire parler. D'après ce document qui sera soumis au vote de l'assemblée générale des actionnaires (pour consultation), Carlos Tavares touchera une rémunération totale de 23 millions d'euros, contre 14 millions l'an passé. Ces émoluments incluent une prime d'objectifs dans la réalisation du groupe Stellantis qui s'élève à dix millions d'euros. Cette prime était soumise à des conditions comme le nombre de voitures électriques vendues.

 

A lire aussi : Stellantis : des résultats excellents malgré l'impact de la grève aux États-Unis

 

Part variable en baisse

 

Sa rémunération fixe (deux millions d'euros) est inchangée depuis trois ans. Sa rémunération variable, elle, est en baisse de 1,4 million d'euros à 11,5 millions d'euros en raison de la baisse de la marge opérationnelle passée de 13,4 % à 12,8 %. Le groupe rappelle qu'en dessous de 10 %, cette part variable tomberait à zéro euro. Enfin, Carlos Tavares va toucher la partie de ses stock-options qui lui sont définitivement attribuées et qui, au prix de l'action, représentent une valeur de 3,7 millions d'euros.

 

Le document ouvre un nouveau programme d'objectifs à remplir pour Carlos Tavares et dont la prime s'élève à 13 millions d'euros. L'an dernier, l'assemblée générale des actionnaires avait validé cette clause à près de 80 %.

 

En interne, on rappelle que Stellantis n'est pas une entreprise du Cac 40 mais une entreprise cotée aux États-Unis et en Italie. Elle est classée parmi les 16 entreprises les plus rentables au monde et au top 20 des plus grandes entreprises cotées au monde en termes de chiffre d'affaires. "Aux États-Unis, les rémunérations sont jusqu'à six fois plus élevées que celle du PDG de Stellantis", rappelle-t-on chez Stellantis.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle