S'abonner
Constructeurs

Réorganisation et reconquête

Publié le 29 février 2008

Par Alexandre Guillet
9 min de lecture
La marque Citroën bénéficie actuellement d'une dynamique favorable, symbolisée par des produits redevenus attrayants, et parvient même à progresser sur des marchés atones. Avec le plan Cap 2010 pour cadre et une nouvelle équipe de direction, elle...
...doit désormais restructurer sa distribution et ses méthodes commerciales.Gamme et plan produitsAvec le lancement de C5, la gamme Citroën apparaît enfin dense et cohérente. La tradition d'une présence forte sur les différents segments des petits véhicules est bien assurée par les C1 et C3 et, à un degré moindre C2, dont on attend le renouvellement. Sur les marchés des monospaces, la marque fait merveille et le C4 Picasso a réussi le tour de force d'innover sur un segment pourtant saturé par une offre très prolifique. La success-story de ce modèle ne doit cependant pas faire oublier les difficultés de la berline. Au chapitre des utilitaires, la marque est incontournable et les lancements des nouveaux Berlingo et Nemo incitent à l'optimisme. Au niveau du Premium, les résultats s'avèrent bien plus nuancés, la C6 n'ayant jamais réussi à surmonter ses problèmes de production initiaux et la difficulté du réseau à traiter ce type de transactions. Néanmoins, elle a permis de repositionner la marque sur le haut de gamme et cela devrait profiter à la nouvelle C5, voire à la remplaçante du C8 dans un autre registre. C'est sans doute là le plus important : la marque s'est reconstituée une image séduisante et bat en brèche certains de ses anciens carcans. Le lancement plutôt réussi du C-Crosser (10 000 commandes en Europe dont 3 000 en France) en est une parfaite illustration, dans la mesure où le véhicule n'a rien d'exceptionnel. Aucune inquiétude à avoir au niveau des produits, surtout par rapport aux lancements annoncés dans le cadre du plan Cap 2010. 29 lancements sont ainsi prévus au sein du groupe PSA d'ici 2010. La seule interrogation peut porter sur la qualité quand on sait que les délais de développement sont réduits et la pression économique sur les fournisseurs s'accroît. Cependant, la règle du jeu est la même pour tous les concurrents directs et les premiers indicateurs de qualité font apparaître des progrès conséquents en 2007 (voir encadré).InternationalisationOn ne saurait aujourd'hui regarder Citroën avec des yeux franco-français ou même européens. Si ces[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle