S'abonner
Constructeurs

Renault sécurise ses besoins en nickel

Publié le 8 octobre 2021

Par Damien Chalon
3 min de lecture
Un contrat d’approvisionnement en nickel a été signé par Renault avec Terrafame garantissant une production annuelle de 15 GWh de batteries, soit l’équivalent de 300 000 voitures électriques.
Renault a signé un contrat d'approvisionnement en nickel avec Terrafame.
Renault a signé un contrat d'approvisionnement en nickel avec Terrafame.

Renault a signé un important contrat d'approvisionnement en nickel pour ses voitures électriques avec le plus grand producteur européen, le finlandais Terrafame, a annoncé le constructeur le vendredi 8 octobre 2021. Cet approvisionnement devrait garantir une production annuelle de batteries de l'ordre de 15 gigawattheures (GWh), soit 65 % des besoins de la future usine de batteries électriques de Douai (Nord), ou jusqu'à 300 000 véhicules électriques par an, a indiqué Renault.

 

"Le partenariat avec Terrafame constitue une avancée concrète pour atteindre l'objectif de diminuer l'empreinte carbone liée aux achats du groupe de 30 % d'ici 2030", souligne dans un communiqué Gianluca De Ficchy, directeur des achats de l'Alliance Renault-Nissan. "La décarbonation et la traçabilité des produits chimiques pour batteries sont des enjeux cruciaux pour la mobilité électrique et la transition énergétique", poursuivi-t-il.

 

Procédé d’extraction plus propre

 

Terrafame affirme engendrer une empreinte carbone inférieure de 60 % à la moyenne du secteur du sulfate de nickel. Sa technique de biolixiviation, un procédé d'extraction de métaux par l'action de bactéries, utiliserait 90 % d'énergie de moins que la moyenne. Par ailleurs, cette coopération directe entre un constructeur automobile et un acteur de la métallurgie "modifie en profondeur la chaîne de valeur de la batterie", souligne Renault, qui vise 90 % de ventes électriques et hybrides d'ici 2030.

 

Le constructeur garantit ainsi l'approvisionnement en nickel de son partenaire AESC Envision à Douai mais aussi de la start-up grenobloise de batteries électriques Verkor, dont il est actionnaire. Renault a déjà signé début août 2021 un contrat d'approvisionnement en lithium, la composante principale des batteries électriques, avec l'Allemand Vulcan Energy. Avec 6 000 à 17 000 tonnes par an, ce contrat permettrait d'équiper environ 300 000 voitures également.

 

A lire aussi : Renault avec Envision et Verkor pour ses batteries

 

Renault souhaite aussi garder la main sur la deuxième vie de ces matériaux : le groupe a rejoint en mars le consortium de Veolia et Solvay, qui a construit une usine pilote à Dieuze (Moselle) pour perfectionner le recyclage des métaux utilisés dans les cellules de batteries, comme le nickel, le lithium ou le cobalt.

 

Patrie de Terrafame, la Finlande est le seul pays de l'Union européenne dont les sols contiennent de façon prouvée les principaux minéraux nécessaires à la fabrication des batteries, dont le cobalt, le lithium et le nickel. Le pays nordique entend devenir un acteur majeur de cette industrie lucrative et en pleine croissance. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle