S'abonner
Constructeurs

Renault revisite Sandouville

Publié le 12 octobre 2007

Par David Paques
6 min de lecture
Afin de faire disparaître les problèmes de fiabilité survenus sur la génération précédente de Laguna, le constructeur français s'est attelé à la réorganisation de son outil de production normand. Expérimenté depuis de longs mois, le concept "strike-zone" tourne...
...à plein régime avec le lancement du nouveau modèle.Avec le Contrat 2009 en toile de fond et cet objectif imprimé dans chaque esprit des 6 % de marge que le groupe entend dégager d'ici deux ans, la sortie de la nouvelle Laguna s'est parée d'une importance bien plus conséquente que celle du simple succès commercial. Gagner en fiabilité, en qualité perçue, en productivité, en services… Renault vise le haut du pavé. Le Top 3 européen, pour être précis. En termes de produits comme au niveau du service (voir page 38). Depuis l'arrivée de Carlos Ghosn à la tête du groupe, et l'annonce de son plan en février 2006, les discours en ce sens ont fleuri au sujet de la nouvelle berline de la marque, augmentant par là les attentes des professionnels comme du consommateur. Une ambition pour laquelle Renault n'a donc pas hésité à remettre en cause ses process de fabrication. "Nous travaillons depuis trois ans sur l'optimisation du poste de travail. Sur le plan de surveillance, la gestion des flux, l'organisation logistique, les contrôles qualités…", témoigne Luis Fernandez Flores, directeur général de l'usine de Sandouville.Le nombre d'incidents qualité divisé par 5 depuis 2001Le SPR, système de production Renault, que le constructeur a naturellement rapproché de son PER, plan d'excellence Renault, s'appuie désormais sur 4 éléments. La réorganisation du travail, la formation renforcée des opérateurs, l'accentuation des contrôles produit et fo[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle