S'abonner
Constructeurs

Renault revient dans le vert au premier semestre 2021

Publié le 30 juillet 2021

Par Damien Chalon
4 min de lecture
Un bénéfice net de 368 millions d’euros vient d’être annoncé par le groupe Renault pour le compte du premier semestre. Son chiffre d’affaires s’est, quant à lui, amélioré de 26,8 %, pour atteindre 23,4 milliards d’euros.
Luca de Meo se félicite des résultats du groupe Renault au premier semestre 2021.
Luca de Meo se félicite des résultats du groupe Renault au premier semestre 2021.

La "Renaulution" lancée début 2020 est en marche : le constructeur automobile français est revenu dans le vert au premier semestre, engrangeant marges et profits, et affiche un plan d'économies en avance sur ses objectifs. Après une année 2020 catastrophique, Renault a rebondi au premier semestre 2021 avec un bénéfice net de 368 millions d'euros. Le groupe a annoncé vendredi 30 juillet une marge opérationnelle de 654 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, soit 2,8 % du chiffre d'affaires. Ce dernier s'établit à 23,4 milliards d'euros, en hausse de 26,8 % sur un an, contre 28 milliards avant la crise, en 2019.

 

Le plan stratégique "Renaulution", lancé début 2020, "est en marche et commence à payer", s'est félicité le directeur général du groupe, Luca De Meo, lors d'une conférence de presse. "Le pire est derrière nous, mais nous restons prudents et continuons à nous battre sur certains aspects, comme les coûts", a souligné M. De Meo, arrivé à la tête du groupe à l'été 2020. Suivant son plan de réduction des volumes et de simplification des gammes, le groupe a vu ses parts de marché reculer, avec 9,9 % du marché en Europe par exemple, mais a optimisé sa rentabilité sur les modèles vendus.

 

Ses nouveaux crossovers Arkana (en Europe) et Kiger (en Inde) se vendent à 85 % dans leur version haut de gamme, a souligné le dirigeant. Les ventes de modèles diesel, en chute libre, ont "pratiquement été remplacées par les modèles hybrides", a souligné M. De Meo. Avec une offre étoffée depuis 2020, ils représentent désormais un quart des ventes en Europe et devraient permettre à Renault de remplir ses objectifs d'émission de CO2 en 2021.

 

Le groupe français milite pour que les hybrides ne soient pas interdits par la Commission européenne en 2035, désirant un "atterrissage plus soft pour toute la filière" comme pour les consommateurs, a souligné M. De Meo. Parallèlement, Renault multiplie les modèles 100 % électriques. Le groupe doit livrer en septembre les premiers exemplaires de sa très économique Dacia Spring, pour laquelle il a enregistré de bonnes commandes. Il présentera aussi au salon de Munich sa MeganE, qui va progressivement remplacer la Zoe, sa pionnière électrique, avant l'arrivée de la nouvelle R5 en 2024.

 

Déjà 1,8 milliard d’euros d’économies

 

Le groupe a souligné qu'il devrait atteindre les objectifs de son plan d'économies de 2 milliards d'euros en 2021, "avec un an d'avance": 1,8 milliard d'euros a déjà été réalisé, dont plus de 600 millions d'euros sur ce premier semestre, par rapport à 2019. Ce plan prévoit notamment la suppression de 15 000 postes à travers le monde. Renault, qui avait perdu 7,39 milliards d'euros au premier semestre 2020, a annoncé viser un taux de marge opérationnelle pour l'année du même ordre qu'au premier semestre, à 2,8 %, "en dépit des incertitudes qui pèsent sur la demande, de la poursuite des effets négatifs de la crise des composants (...) et de la montée du prix des matières premières".

 

La crise des semi-conducteurs continue de freiner l'assemblage et pourrait conduire à une perte de production de l'ordre de 200 000 véhicules sur l'année, prévient Renault, si la situation s'améliore au quatrième trimestre. En conséquence, le groupe a fortement réduit ses stocks, à 427 000 véhicules fin juin contre 547 000 il y a un an. L'effet des matières premières, qui impactent la marge à hauteur de 70 millions d'euros au premier semestre, pourrait être presque décuplé au second semestre, entre 500 millions et 600 millions d'euros.

 

"Nous avons franchi une étape importante dans la restauration de nos équilibres financiers, notamment avec le retour proche de l'équilibre de notre free cash-flow sur ce semestre. Notre solide position de liquidité nous permet de poursuivre notre redressement en toute sérénité", a déclaré Clotilde Delbos, directrice financière de Renault Group. Le groupe pourrait donner à la rentrée des précisions sur le versement d'un dividende pour sa division bancaire RCI, suspendu en 2020. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle