S'abonner
Constructeurs

Renault a privilégié la valeur en 2022

Publié le 17 janvier 2023

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Contrainte par le niveau de production, la marque Renault a vu ses ventes mondiales baisser de 9,4 %, à 1 446 729 unités. Toutefois, Fabrice Cambolive, le directeur des opérations du losange, souligne les performances enregistrées sur le canal des particuliers, le segment C et les modèles électrifiés, en ligne avec le plan Renaulution.
Renault Fabrice Cambolive
Fabrice Cambolive, directeur des opérations de la marque Renault.

Les volumes ne sont pas au rendez-vous en 2022. En effet, la marque Renault a bouclé l’année avec 1 446 729 livraisons dans le monde (hors Russie), soit une baisse de 9,4 %. Cela étant, Fabrice Cambolive, directeur des opérations de la marque, tempère ce chiffre : "Nous avons vendu tout ce que nous avons pu produire et transporter." 

 

En creux, on comprend que le constructeur, comme presque tous les autres, a vu sa production largement perturbée durant l’exercice. Faisant ainsi gonfler le carnet de commandes qui constituera un levier de croissance pour l’année en cours. 

 

Mais pour le directeur, "les équipes ont atteint nos priorités en 2022 : croissance sur le marché électrifié, le segment C et le marché des ventes aux particuliers." Ainsi, en Europe (832 605 unités), Renault a augmenté ses ventes sur le canal des particuliers de huit points, pour représenter 51 % du volume d’affaires dans cette zone. 

 

La part du segment C a également bondi de dix points pour grimper à 34 % des ventes. Enfin, les modèles électrifiés ont atteint 39 % des ventes contre 30 % un an plus tôt. Les trois points essentiels du plan Renaulution sont donc respectés. Renault a donc moins vendu, mais mieux. 

 

39 % des ventes pour la gamme E-Tech

 

Au chapitre produits, Fabrice Cambolive a souligné la performance de Renault sur le segment C, avec plus de 200 000 immatriculations, notamment avec l’Arkana, qui a totalisé 80 000 ventes, et la Megane E-Tech Electric (33 000). Mais la performance devrait encore s’améliorer avec l’arrivée de l’Austral, dont les effets commenceront à être visibles en 2023. 

 

Quant aux modèles électrifiés, la trajectoire est également bonne avec des ventes en hausse de 12 %, soit 228 000 unités. Les seuls modèles full hybrides totalisent 117 000 unités (+64 %) avec une pénétration de 30 % dans la gamme Clio, 31 % pour la Captur et même 65 % pour l’Arkana. L’Austral devrait amplifier la dynamique cette année. 

 

A lire aussi : Ivan Segal, Renault : "La hausse de nos valeurs résiduelles permet de lisser l'augmentation des tarifs"

 

L’Europe a représenté 57 % des ventes de la marque et donc l’international a compté pour 43 %, soit 634 124 unités. "Une position solide" pour Fabrice Cambolive qui explique qu’ici, la logistique s'est avérée plus favorable qu’en Europe. Ainsi, le volume d’affaires en Amérique latine a progressé de 8 %, de 22,6 % en Turquie ou encore de 11,4 % au Maroc. Seul accroc : l’Inde, où les ventes ont baissé de 9 %. 

 

Retour de la croissance en 2023

 

Pour l’exercice 2023, Fabrice Cambolive se montre résolument optimiste et envisage un retour de la croissance. Mais pas à n’importe quel prix. A l’image du second semestre 2022, le niveau de production devrait s’améliorer en 2023 mais la politique de ventes rentables sera la même, privilégiant toujours la génération de valeur. Le canal des particuliers restera au centre du business, comme la montée en puissance du segment C et des produits électrifiés.

 

 

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle