S'abonner
Constructeurs

PSA Peugeot-Citroën : Un constructeur open

Publié le 30 juin 2006

Par Tanguy Merrien
7 min de lecture
Un groupe, deux marques, PSA Peugeot-Citroën affiche un chiffre d'affaires de 56,3 milliards d'euros en 2005, toutes activités confondues incluant donc Faurecia, Gefco ou encore PSA Finance. Avec 3,39 millions de voitures vendues et une marge opérationnelle de 1,94 million d'euros, le groupe...
Un groupe, deux marques, PSA Peugeot-Citroën affiche un chiffre d'affaires de 56,3 milliards d'euros en 2005, toutes activités confondues incluant donc Faurecia, Gefco ou encore PSA Finance. Avec 3,39 millions de voitures vendues et une marge opérationnelle de 1,94 million d'euros, le groupe...
Un groupe, deux marques, PSA Peugeot-Citroën affiche un chiffre d'affaires de 56,3 milliards d'euros en 2005, toutes activités confondues incluant donc Faurecia, Gefco ou encore PSA Finance. Avec 3,39 millions de voitures vendues et une marge opérationnelle de 1,94 million d'euros, le groupe...
...affronte sans trop de dommages la récession. C'est Jean-Martin Folz, le président du directoire de PSA Peugeot-Citroën qui a donné le départ de la dernière édition des 24 Heures du Mans, un honneur qu'il n'a pas boudé ainsi qu'il l'a déclaré à l'AFP : "J'en suis très fier, d'abord parce que c'est Le Mans, une épreuve extraordinairement glorieuse, mais aussi parce que l'année prochaine, Peugeot sera là au départ, avec deux 908 Diesel HDI à filtre à particules". Une fierté, aussi, qui en dit long. Le Mans, c'est la compétition automobile et c'est également la France, deux emblèmes du constructeur. Enraciné dans l'hexagone, PSA est d'abord un constructeur français qui s'enorgueillit d'une grande tradition automobile, que ce soit au travers de la marque Citroën dont on évoquera seulement la traction avant, la 2 CV ou la DS - à noter à ce propos le fameux et secret conservatoire de Citroën (page 28) - ou bien chez Peugeot, dont les 404 ou 504 continuent de véhiculer, à travers le monde, l'image de robustesse. Un monde qui continue, malgré tout, de résister, par endroits, aux volontés de développement international du groupe. Les américains touchent du bout des lèvres et les asiatiques ne sont pas aussi friands du Lion et des Chevrons qu'on l'aurait souhaité. Et c'est là, sans doute, le talon d'Achille de PSA, français, trop français, ne disposant pas de Nissan comme voie de dégagement. L'autre aspect souligné par Le Mans, c'est la compétition automobile, toujours chère au cœur des dirigeants des marques : on évoquera bien sûr les prouesses de Sébastien [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle