S'abonner
Constructeurs

L'Italie veut se battre contre l'interdiction de vente des véhicules thermiques en 2035

Publié le 15 février 2023

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Après le vote des eurodéputés le 14 février 2023 confirmant la fin des moteurs thermiques en 2035, le gouvernement italien monte au créneau, pointant une décision idéologique sans prise avec la réalité.
thermiques interdiction 2035
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Giorgia Meloni, présidente du Conseil des ministres de l'Italie, à Rome le 8 janvier 2023. ©Union européenne 2023

La fin des ventes de voitures thermiques en 2035 a été actée par le Parlement européen, le 14 février 2023. Pour autant, cela ne réjouit pas tout le monde. Ce vote est "une folie, une bêtise absolue, un choix idéologique ou de mauvaise foi", a lancé, mardi 15 février, Matteo Salvini, le ministre italien des infrastructures et de la mobilité durable, sur la chaîne de télévision Rete 4. "En tant que Ligue, et j'espère en tant que gouvernement tout entier, nous essaierons de nous y opposer ou au moins de reporter" l'entrée en vigueur de cette réglementation européenne, a-t-il déclaré.

 

"Comment des députés européens italiens ont-ils pu voter pour une mesure qui détruit" les emplois des "travailleurs italiens et ne profite qu'à la Chine ?", a poursuivit le minsitre qui est aussi vice-président du Conseil des ministres. Les eurodéputés italiens de la coalition gouvernementale de droite et d'extrême droite dirigée par Giorgia Meloni ont voté contre le texte, contrairement à ceux du centre et de la gauche.

 

Proposé par la Commission européenne en juillet 2021, le texte avait recueilli l'approbation, en juin 2022, des 27 Etats membres de l'UE, dont l'Italie, avant la prise de fonctions du gouvernement Meloni en octobre 2022.

 

A lire aussi : Fin de vente des véhicules thermiques : entre "sabordage" et "saut dans le vide"

 

Après le vote mardi des eurodéputés, le Conseil européen doit encore formellement donner son feu vert pour que le texte entre en vigueur. "Les délais imposés par l'Europe ne coïncident pas avec la réalité européenne et surtout italienne" et "représentent un risque pour l'emploi" dans la filière automobile, a protesté mercredi le ministre des Entreprises, Adolfo Urso.

 

"Nous sommes extrêmement en retard, en Italie il y a à peine 36 000 stations de recharge électrique par rapport aux 90 000 de la petite Hollande", a-t-il déploré sur Rai Radio 1. "Nous ne pouvons pas faire face à la réalité avec cette vision idéologique et sectaire qui semble émerger des institutions européennes", a-t-il ajouté.

 

Une opinion partagée par Giorgia Meloni qui a fait valoir que la transition énergétique "doit être progressive et ne doit pas désavantager les entreprises italiennes et européennes", dans un "marché mondial où il n'existe pas de règles aussi strictes". "Il y a une convergence en Italie sur ce sujet et je le porterai avec force dans le forum européen", a-t-elle promis début février dans un entretien au journal économique Il Sole 24 Ore. (avec AFP)

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle