S'abonner
Constructeurs

Les constructeurs s'inquiètent des ambitions de l'Europe

Publié le 10 décembre 2020

Par Alice Thuot
3 min de lecture
Alors que la Commission européenne vient d'annoncer vouloir durcir les normes d’émissions polluantes des véhicules et favoriser l'adoption massive de modèles électriques, les constructeurs s’inquiètent d’ores et déjà d’objectifs inatteignables.
Pour les constructeurs, le rythme d'adoption des VE envisagé par l'Europe est irréalisable.
Pour les constructeurs, le rythme d'adoption des VE envisagé par l'Europe est irréalisable.

 

La Commission européenne a rendu les contours de son programme "Mobilité durable et intelligente", qui mettait en lumière un objectif majeur : réduire, d’ici 2050, les émissions de gaz à effet de serre de 90 % dans le secteur des transports. Une cible fondée sur deux piliers principaux, un durcissement des normes d’émissions polluantes pour les VP, VUL et PL, ainsi qu'une adoption massive de véhicules électriques.

 

Ces ambitions n’ont évidemment pas manqué de faire réagir les constructeurs. Si l’ACEA rappelle que la réduction des émissions est une cause partagée par l’industrie automobile, qui consacre chaque année une enveloppe de 60,9 milliards d’euros à la R&D en faveur de la décarbonisation, le calendrier semble en revanche laisser perplexe.

 

Un trop ambitieux objectif d'adoption de VE

 

Alors que la Commission européenne table sur au moins 30 millions de véhicules 100 % électrique sur les routes du Vieux Continent à l’horizon 2030, les constructeurs, se veulent beaucoup plus modérés dans leurs modélisations. "Malheureusement, cette vision est très éloignée de la réalité d'aujourd'hui", a averti le directeur général de l'ACEA, Eric-Mark Huitema. Ainsi, selon l’organisation, ce type de véhicule représente à l’heure actuelle un pourcentage bien trop faible pour peser significativement dans le parc roulant à moyen terme. Sur les 243 millions de VP sur les routes d’Europe, 615 000 sont électriques (dont ceux à pile à hydrogène), soit un pourcentage de… 0,25 % du parc.

 

"Pour atteindre l'objectif de la Commission, il faudrait multiplier par près de 50 le nombre de voitures à émissions zéro en circulation sur nos routes en seulement 10 ans", explique Eric-Mark Huitema. Sans compter que le contexte ne semble pas particulièrement propice à un renouvellement rapide du parc automobile européen, dont l’âge moyen atteint aujourd’hui 11 ans. Sans compter que ce phénomène de vieillissement risque de s'accentuer. Aux possibles difficultés financières des automobilistes, impactés par le crise, s’ajoute un prix moyen des véhicules en hausse, du fait de leur technologie électrique notamment.

 

La recharge de plus en plus décriée

 

Pour les constructeurs, le sujet du déploiement n’est pas uniquement conditionné à leur investissement et leur capacité de mettre sur le marché des VE, mais bien à un écosystème plus large. Pour ces derniers, le compte n'y est pas, toutes les conditions ne sont pas réunies pour permettre une telle croissance exponentielle du parc d'électriques. Avec, en gros point noir, le manque d’infrastructures de recharge, de plus en plus pointé du doigt, à mesure que les ventes de ce type de modèle augmentent.

 

"La Commission européenne devrait faire correspondre son niveau d'ambition pour le déploiement des infrastructures dans toute l'UE, avec celle de réduire les émissions de CO2 des véhicules. C'est très simple : plus les objectifs climatiques seront élevés, plus les objectifs pour les points de recharge et les stations de ravitaillement devront l'être. Malheureusement, nous constatons toujours un décalage entre ces deux éléments au niveau de l'UE", a averti le directeur général de l’ACEA.

 

Selon les estimations de l’organisation, trois millions de bornes de recharge publiques seraient nécessaires d’ici 2030. En se basant sur les 200 000 points de recharge installés en Europe, l’ACEA estime qu’il faudrait déployer 15 fois plus d’infrastructures au cours des 11 prochaines années. Un rythme qui semble effectivement difficile à tenir, sauf vraie prise de conscience mais surtout, vrai mouvement des Etats, tenus par des objectifs contraignants.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle