S'abonner
Constructeurs

Jaguar Land Rover suspend ses livraisons de véhicules en Russie

Publié le 1 mars 2022

Par Damien Chalon
2 min de lecture
Les sanctions contre la Russie se multiplient. Jaguar Land Rover vient d'annoncer l'arrêt de ses livraisons dans le pays.
JLR a décidé de suspendre ses livraisons de véhicules en Russie.
JLR a décidé de suspendre ses livraisons de véhicules en Russie.

Le constructeur automobile britannique Jaguar Land Rover (JLR) a annoncé mardi 1er mars 2022 la suspension de ses livraisons de véhicules en Russie, dans un pays qui voit se multiplier les sanctions occidentales sur son économie.

 

"Nous suspendons la livraison de véhicules sur le marché russe", a annoncé JLR, qui appartient au groupe indien Tata, dans un communiqué transmis à l'AFP, pointant "les défis commerciaux" posés par le contexte mondial actuel.

 

Le ministre britannique des Entreprises, Kwasi Kwarteng, a salué la décision du constructeur mardi sur Twitter.

 

"Il y a maintenant un nombre croissant d'entreprises et de gouvernements qui se joignent à l'ensemble de la communauté internationale pour isoler la Russie, tant sur le plan diplomatique que financier", a-t-il indiqué.

 

A lire aussi : Comment la guerre en Ukraine secoue, aussi, l’industrie automobile

 

La décision du constructeur automobile intervient dans la foulée de plusieurs annonces d'entreprises britanniques et plus largement occidentales, indiquant prendre leurs distances avec la Russie.

 

Le géant britannique des hydrocarbures Shell a annoncé lundi se séparer de ses parts dans plusieurs projets communs avec le groupe russe Gazprom en Russie, suivant l'exemple de son compatriote BP qui se désengage du russe Rosneft.

 

Le français TotalEnergies a annoncé mardi qu’il "n'apportera plus de capital à de nouveaux projets en Russie". Les mastodontes du divertissement Disney et Sony Pictures ont suspendu la sortie de leurs films dans les salles de cinéma en Russie.

 

Le premier constructeur mondial de poids lourds Daimler Truck a pour sa part suspendu lundi "jusqu'à nouvel ordre" ses activités en Russie, dont une coopération "de nature civile" avec le producteur de camions Kamaz qui fournit également l'armée russe.

 

Certaines entreprises ont répondu à la guerre en Ukraine "en gelant les transactions avec Moscou et en abandonnant des investissements financiers valant des milliards" a commenté Susannah Streeter, analyste pour Hargreaves Lansdown et "davantage d'entreprises devraient leur emboîter le pas", selon elle. (avec AFP) 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle