S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Pierre Duguet, chef de projet X6 (C6)

Publié le 27 janvier 2006

Par Frédéric Richard
8 min de lecture
"C6, comme une nécessité" Le projet X6 a occupé 8 ans de la vie de Pierre Duguet. Il nous dévoile ici avec fierté sa conception du véhicule haut de gamme, tout en précisant comment C6 s'inscrit parfaitement dans le segment. ...
"C6, comme une nécessité"
Le projet X6 a occupé 8 ans de la vie de Pierre Duguet. Il nous dévoile ici avec fierté sa conception du véhicule haut de gamme, tout en précisant comment C6 s'inscrit parfaitement dans le segment.
...
"C6, comme une nécessité" Le projet X6 a occupé 8 ans de la vie de Pierre Duguet. Il nous dévoile ici avec fierté sa conception du véhicule haut de gamme, tout en précisant comment C6 s'inscrit parfaitement dans le segment. ...
...Journal de l'Automobile. Racontez-nous brièvement la genèse de X6, devenu commercialement C6.Pierre Duguet. Notre réflexion fut la suivante : Nous sommes généralistes, pas question de s'attaquer au segment des Audi A8, Phaeton… Notre créneau c'est plutôt de venir taquiner les Peugeot 607, Volvo et autres Audi A6, avec une référence prestations sur la Mercedes Classe E, mais sans aucune revendication de lui tailler des croupières. Au début c'était assez flou, mais en gros, il fallait se repositionner sur le haut de gamme, avec tous les codes inhérents à ce segment. En s'attachant au marché, sans s'occuper d'XM. Avant de valider ne serait-ce que la silhouette berline, nous avons regardé si il n'y avait rien à faire sur le segment du monospace, très en vogue. Il y a eu des maquettes, mais le choix n'a pas été retenu. Nous avons voulu suivre une autre expression de l'espace, une composante essentielle du confort. Plus en longueur, plus à l'horizontale, tout en gardant une voiture élégante, racée. Après cela, un constructeur généraliste qui veut faire du haut de gamme doit se démarquer un peu des standards allemands, affirmer sa légitimité par la différence. Sinon nous avions une petite chance en France, mais aucune sur les marchés étrangers. A ce titre, impossible de présenter une berline trois corps conventionnelle. La silhouette de C6 est donc inclassable, tricorps au milieu tout en étant bicorps sur les côtés, donnant une impression de coupé grâce aux portes sans montant. Elle rappelle pourtant tous les codes chers à Citroën, à savoir un style simple, facile à lire, une certaine élégance, avec un grand porte-à-faux a l'avant. Le concept-car Lignage, qui a inspiré C6, fut présenté a Genève en 1999. Il avait alors été réalisé en 5 mois, et les premiers dessins furent réalisés au mois d'octobre dans un restaurant, sur un coin de table,[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle