S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Marie-Christine Caubet, directeur commercial Europe Renault.

Publié le 30 septembre 2005

Par Christophe Jaussaud
6 min de lecture
"Rester la première marque VP-VU en Europe est possible, mais pas à n'importe quel prix". Aujourd'hui aux commandes du commerce européen de Renault, Marie-Christine Caubet revient sur ce début d'année. Voyage de la Pologne au Portugal, aussi bien...
...en Clio III qu'en Logan, avec elle, sans oublier un détour commenté par la Chine et Matignon. Journal de l'Automobile. Comment se porte le marché européen ? Est-il conforme à vos attentes ? Marie-Christine Caubet. Depuis le début de l'année, hormis la France, deux marchés se portent bien : l'Espagne et l'Allemagne. Toutefois, ce dernier est assis sur une croissance peu naturelle car les trois derniers jours les immatriculations augmentent anormalement. Voilà donc deux marchés en progression dans un marché stable en Europe de l'Ouest. Cela ne correspond pas au scénario que nous avions prévu. Quant à l'Europe Centrale, les chiffres évoluent conformément à nos attentes, sauf en Pologne où la baisse est de 25 % et en Hongrie. JA. Dans ce contexte, quelles sont les performances commerciales de Renault depuis le début de l'année ? M-C C. Dans ce cadre-là, Renault a de belles positions commerciales, notamment en Espagne où le phénomène Alonso fait progresser l'image de Renault. En Allemagne, nous réalisons des volumes financièrement sains : c'est un impératif ! Quant à la Grande-Bretagne, les résultats de Renault sont en phase avec nos objectifs malgré un marché des particuliers qui a beaucoup souffert ces derniers mois. Plus proche de nous, en Belgique et aux Pays-Bas, nous avons enre[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle