Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Eden Auto en passe de reprendre le groupe Pigeon

Eden Auto en passe de reprendre le groupe Pigeon

Rebondissement dans la vente du groupe Pigeon : convoité par Tressol-Chabrier, l’opérateur devrait finalement passer dans le giron du groupe Eden Auto. Cette opération permettrait au distributeur de s’implanter dans deux nouveaux départements et de représenter Opel.

 

Début avril, le groupe Tressol-Chabrier notifiait à l’Autorité de la concurrence son intention de reprendre le groupe Pigeon. Une opération qui avait été approuvée le 10 mai dernier, jugée qu’elle n’était pas de "nature à porter atteinte à la concurrence sur les marchés concernés". Pourtant, le processus n’a pas été achevé. Pour preuve, cette nouvelle notification à l’Autorité de la concurrence du groupe Eden Auto, se portant acquéreur du groupe Pigeon. Interrogé sur les raisons de l’échec de l’opération, Richard Marlier, dirigeant du groupe Tressol-Chabrier, n’a pas souhaité commenter.

 

Pour le groupe Eden Auto, cette potentielle acquisition du groupe Pigeon, comprenant  8 sites presque tous multimarques, lui permettrait de consolider son réseau de distribution chez Nissan et Kia, mais aussi de faire entrer dans son portefeuille la marque Opel. Et façon fracassante, puisque, l'an passé, le groupe Pigeon s'est placé en tant que 7e distributeur le plus important de la marque au blitz, avec près de 1 900 VN écoulés. Au global, l'an passé, les affaires du groupe Pigeon ont été à l’origine de 4 336 véhicules neufs, 3 691 véhicules d’occasion (à particulier et à marchand) pour un chiffre d’affaires de 134 millions d’euros.

 

Le cap du milliard de chiffre d'affaires

 

Coup double pour Eden Auto pour qui cette acquisition offre aussi la possibilité de s’installer dans trois départements où il n'était peu ou pas du tout représenté, c’est-à-dire en Gironde (33), où il possède la concession Renault / Nissan de Langon, en Charente-Maritime (17) et en Charentes (16). Une belle complémentarité donc pour cet opérateur déjà posté tout autour de ces trois départements, dans l’Aquitaine et le Limousin.

 

Pour rappel, en 2018, le groupe Eden Auto, dirigé par Eric Stierlen, représentait les marques Renault, Dacia, Peugeot, BMW, Mini, Toyota, Lexus, Kia, Nissan, Seat, Suzuki, Mitsubishi à travers 24 sites principaux et 34 sites annexes. L’ensemble a généré la vente de 24 780 véhicules neufs, 24 800 véhicules d’occasion et un chiffre d’affaires de 910 millions d’euros, en intégrant le groupe Dupouy racheté fin 2018. Avec cette nouvelle reprise, Eden Auto pourrait donc bien rejoindre le groupe fermé des opérateurs pesant plus d’un milliard d’euros.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Circulation différenciée : entre inefficacité et inégalités

AAAData s’est penché sur le nombre de véhicules immobilisés en Ile-de-France suite à la mise en place de la circulation différenciée. Si environ la moitié du parc francilien est concerné, de fortes

Saikawa reconduit à la tête de Nissan, Senard joue l’apaisement

Les actionnaires de Nissan, dont Renault, ont approuvé le nouveau schéma de gouvernance du constructeur et reconduit Hiroto Saikawa, un temps menacé, au poste de président directeur général. Jean-Dominique

Arnaud Duffort réélu à la tête du groupement des concessionnaires JLR

A la tête du groupement des concessionnaires JLR depuis octobre 2017, Arnaud Duffort a été réélu pour un nouveau mandat.

Car Avenue se structure au Luxembourg

L’opérateur a posé les premières pierres de sa future concession regroupant Peugeot, Citroën et DS. Les trois marques devraient générer sur ce site 3 600 ventes en année pleine.

Jean-Dominique Senard (Renault) :

Pour la première fois, Jean-Dominique Senard, président de Renault, a dirigé l'assemblée générale des actionnaires du groupe. Une réunion très attendue où près de 900 actionnaires ont fait le déplacement

Renault soucieux de préserver son influence

Malgré les tentatives de Bruno Le Maire d'apaiser les choses, Renault menace, selon Nissan, de bloquer une réforme de la gouvernance du nippon. Le français y voit un risque de perte d'influence.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page