Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La colère des auto-écoles contre l'émergence de plateformes en ligne

Les syndicats d'auto-écoles doivent être reçus dans la semaine par Matignon.

La colère des auto-écoles contre l'émergence de plateformes en ligne

Les véhicules auto-écoles se sont donnés rendez-vous sur le boulevard périphérique parisien pour une opération escargot. A l'origine de cette colère, une réforme du permis de conduire qui va favoriser les plateformes en ligne. Les syndicats attendent d'être reçus à Matignon.

 

Une centaine de voitures-écoles à Paris et près de 1 000 dans toute la France : les gérants d'auto-écoles ont décidé de manifester ce lundi 11 février 2019, suite au rapport parlementaire rédigé par François Dumas (députée LRM) et remis au Premier ministre vendredi 8 février 2019.

 

Pour l'instant, les syndicats représentants la profession (CNPA, Unidec et Unic) n'ont pas pu encore en faire la lecture mais les informations qui ont filtré, ont suffi à attiser la colère. "Le mouvement que nous connaissons aujourd'hui montre la détresse des auto-écoles de proximité par rapport à la confusion qui règne", avance Patrick Bessone, président du métier des auto-écoles au CNPA.

Largement pointées du doigt, les plateformes d'apprentissage de la conduite telles que envoituresimone.com ou encore ornikar.com. Car le rapport préconise la suppression de l'agrément départemental attaché à un local pour l'apprentissage de la conduite et la création d'un agrément "à la voiture". "C'est un peu comme si Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale supprimait les écoles primaires et plaçait un enseignant indépendant et précaire dans chaque famille", compare Patrick Bessone.

 

A l'origine de cette discorde, la volonté d'Emmanuel Macron de baisser le prix du permis de conduire lors d'une allocution en décembre 2018 : "Un permis de conduire coûte en moyenne entre 1 500 et 1 800 euros en moyenne. Mais le gouvernement confond prix et coût. Les gérants des 11 000 auto-écoles en France emploient des salariés, paient des charges. Les plateformes que le gouvernement veut mettre en avant font travailler des auto-entrepreneurs mais surtout, elles reposent sur un modèle économique qui n'est pas viable, qui nécessite d'énormes levées de fond et appartiennent aux banques", ne décolère pas Patrick Bessone.

Pour les syndicats, la solution pour faire baisser le prix du permis de conduire serait plutôt d'affecter une partie des recettes des radars automatiques (1,9 milliard d'euros en 2018). Les syndicats ont obtenu la garantie d'être reçus par les équipes de Matignon dans le courant de la semaine au plus tard.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Plateforme PSA : la cour d'appel de Paris acte la résiliation du groupe Hory

La cour d'appel de Paris vient de rendre son arrêt dans l'affaire qui oppose le groupe Hory à PSA. La plateforme de pièces est bien résiliée. Le distributeur et son avocat ont décidé de se pourvoir

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page