Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Plus d'un salarié sur deux se dit en situation de fragilité

91 % des dirigeants estiment employer au moins une personne en souffrance.

Plus d'un salarié sur deux se dit en situation de fragilité

Selon une étude du groupe Malakoff Médéric, 56 % des salariés français interrogés s'estiment en situation de fragilité sur le plan professionnel ou personnel.

 

Réalisée entre mars et avril dernier, l'étude Harris Interactive pour Malakoff Médéric donne des chiffres sur un grand tabou. Dans quel état physique et psychologique se trouvent donc les salariés français ? Qu'elles soient liées à une maladie (douleurs chroniques, dépression, addiction, cancer), à une situation personnelle (séparation, deuil, isolement) ou à une évolution professionnelle (réorganisation, surmenage, conflit, manque de reconnaissance), les difficultés sont multiples et touchent la majorité des actifs.

 

Un impact sur les autres

 

Plus de la moitié du panel de salariés interrogés (56 %) déclare subir au moins l'une de ses difficultés sur leur lieu de travail ou dans leur vie privée. Du côté des dirigeants, le sentiment est identique : 91 % d'entre eux estiment employer au moins une personne vivant ce type de situation. Un constat d'autant plus alarmant que ces difficultés sont souvent cumulées : près d'un salarié sur cinq (19 %) déclare ainsi connaître à la fois des fragilités d'ordre professionnel et personnel. 

 

"Cette réalité semble bien installée dans l'entreprise, indique Anne-Sophie Godon, directrice innovation et veille de Malakoff Médéric. Et elle a un impact sur le travail des salariés concernés comme de leur équipe." En effet, parmi les salariés interrogés ayant côtoyé un collègue en difficulté, 61 % affirment que cela a eu des conséquences sur leur propre activité. Une donnée qui pose question quant au rôle que doit jouer, ou non, l'entreprise dans ce cas de figure.

 

La peur d'en parler

 

"Pour avoir une entreprise efficace, il faut une confiance mutuelle qui repose certes sur le fait que l'employeur peut compter sur le salarié pour bien faire son travail, mais pas seulement. Le salarié doit aussi savoir que l'entreprise ne va pas le laisser tomber en cas de difficulté", expliquait récemment Bertrand Collomb, ancien patron du groupe Lafarge à l'occasion d'une table ronde organisée par Malakoff Médéric.

 

Selon l'étude, 94 % des dirigeants et 73 % des salariés affirment que l'entreprise est légitime à agir lorsque les fragilités sont d'origine professionnelle. Pour y remédier, sept patrons sur dix déclarent avoir déjà mis en place des plans d'action avec des initiatives d'ordre financier (avances sur salaires, avances de frais) ou organisationnel (temps partiel, horaires décalés, télétravail). Reste à relever un dernier défi : celui de la parole. Près de la moitié du panel dit craindre d'être licenciée dès lors que ses difficultés seraient connues alors que 39 % ont peur que cela les pénalise dans leur évolution.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L’Europe envisage de réduire de 30 % les rejets de CO2 en 2030

Le 10 juillet, les députés des commissions Transports et Industrie ont examiné le texte relatif aux objectifs des émissions de CO2 post 2020. Avec, à la clé, une baisse attendue de 30 % d’ici 2030,

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page