S'abonner
Social

Patrick Deschamps, directeur Alfa Romeo France

Publié le 26 mars 2010

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
"La Giulietta va apporter une croissance quantitative et qualitative dès cette année"Avec l'arrivée de la Giulietta, en mai prochain, Alfa Romeo s'apprête à fêter son centenaire de belle...
...manière. Cette compacte va venir équilibrer la croissance de la marque, jusqu'ici assurée par la MiTo.

Journal de l'Automobile. Pourriez-vous dresser un rapide bilan de l'année 2009 ?
PD. Nous avons clôturé l'année 2009 en affichant une progression de près de 15 %. Un chiffre qui nous positionne d'ailleurs dans le top 10 des marques qui ont le plus progressé. Et ce, aussi bien en pourcentage qu'en volume. 2009 fut donc une année très positive sur laquelle nous allons capitaliser en 2010.

JA. Est-ce déjà le cas après 2 mois d'activité cette année ?
PD. Nous sommes effectivement toujours sur le même trend avec une croissance des immatriculations de 9 %. Mais le plus prometteur demeure nos prises de commandes. Au cumul des deux mois, le nombre global de commandes a reculé de 21 % en France alors qu'elles ne perdent que 11,5 % chez nous. Mais derrière ce chiffre se cache en fait une croissance de 45 % des commandes de la MiTo. Ce modèle, qui a représenté jusqu'à 70 % de nos ventes, a été notre locomotive en 2009.

JA. L'arrivée de la Giulietta, en mai prochain, va venir équilibrer votre croissance. Quelles sont vos ambitions avec ce modèle ?
PD. Durant l'année 2009, je dirais que l'on a marché "à cloche-pied". Certes avec succès, mais avec la Giulietta nous aurons clairement les deux jambes d'un sprinter pour afficher une très belle performance en 2010. La Giulietta est un modèle stratégique pour la marque. Aussi bien dans le monde qu'en France. Et 2010 est l'année du centenaire, la Giulietta arrive à point nommé pour fêter cela ! L'objectif de la maison mère, en année pleine avec la totale disponibilité de la gamme, est de franchir le cap des 100 000 unités. En comparaison, en 2009, la MiTo, encore en phase de déploiement, a représenté 80 000 ventes. Bien que la 147 n'ait jamais démérité, il s'agit du grand retour de la marque sur le segment C, avec un véhicule que nous positionnons, de notre point de vue, comme une véritable alternative, crédible, sérieuse, à ce qui se fait de mieux sur le marché des compactes. La Giulietta va apporter sur le plan émotionnel tout ce qu'une Alfa bien née se doit d'apporter, tout en répondant très sérieusement au cahier des charges plutôt rationnel de cet univers en termes d'habitabilité, de fonctionnalité, de praticité et de confort.

JA. En France, vous disposez d'un parc roulant de 147 comptant près de 60 000 unités. Quel pourrait être votre ratio fidélisation/conquête dans les chiffres que vous visez ?
PD. Dans un premier temps, assez naturellement, de nombreuses ventes devraient découler de ce parc existant. C'est un réflexe aussi bien pour nos clients que pour nos distributeurs. Cependant, ce rapport devrait vitre s'équilibrer, car pour dépasser 10 000 ventes, la conquête de nouveaux clients est indispensable. Ce chiffre de 10 000 unités représente la meilleure année de la 147 réalisé en 2002. Un record que nous voulons battre et améliorer avec la Giulietta.

JA. Votre réseau doit également attendre avec impatience la Giulietta, synonyme sans doute de plus de marge ? Comment a-t-il traversé l'année 2009 ?
PD. Après avoir vendu et porté la 147 pendant 10 années, le réseau est effectivement impatient d'accueillir la Giulietta. Nous faisons tout pour que ce lancement, au mois de mai, soit le plus festif et le plus productif possible.
En 2009, le réseau a affiché une croissance supérieure aux 15 % de la marque en France, car il a compensé la réduction drastique de nos volumes aux loueurs courte durée. Ceci étant, la majorité des ventes se sont faites sur la MiTo dont les niveaux de marges ne sont pas les plus élevés, même si le prix de vente moyen d'une MiTo reste supérieur à 20 000 e. La Giulietta va apporter une croissance quantitative et qualitative très significative dès cette année.

JA. La Giullietta va-t-elle jouer un rôle dans vos ventes aux entreprises ?
PD. Nous sommes sous-représentés sur le marché des entreprises notamment parce que nous n'avions plus d'offre totalement pertinente et d'actualité sur ce segment des compactes. Avec la Giulietta, Alfa Romeo est de retour et nous allons réactiver nos contacts professionnels pour leur présenter la voiture. Nous avons d'ailleurs commencé avec des grands comptes.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle