S'abonner
Social

Embauches : 2022 sera l'année "de tous les records" selon Pôle Emploi

Publié le 11 avril 2022

Par Romain Baly
3 min de lecture
D'après une enquête annuelle de l'établissement public, trois millions de recrutements sont prévus par les chefs d'entreprise cette année. Une tendance au plus haut tandis qu'une majorité de ces embauches est attendue en CDI.
Pôle Emploi recense 3,046 millions de projets de recrutement pour l'année en cours, soit 323 000 de plus qu'en 2021. ©AdobeStock
Pôle Emploi recense 3,046 millions de projets de recrutement pour l'année en cours, soit 323 000 de plus qu'en 2021. ©AdobeStock

Comme il en a l'habitude chaque année depuis 20 ans, Pôle Emploi s'est intéressé aux tendances en matière de recrutement au travers de son enquête "besoins en main d'œuvre". Une étude riche en signaux positifs. Premier d'entre eux, la guerre en Ukraine ne semble pas avoir d'influence sur les intentions d'embauches. Autre bonne nouvelle, celles-ci seront au plus haut en 2022 avec une croissance de 12 % attendue comparée à 2021.

 

Plus d'entreprises prévoient de se renforcer

 

L'enquête de Pôle Emploi fait état de 3,046 millions de projets de recrutement pour l'année en cours, soit 323 000 de plus que l'an dernier. Une dynamique haussière qui s'explique notamment par une proportion plus importante d'entreprises prévoyant de renforcer leurs équipes, la tendance passant de 26,5 % en 2021 à 32,8 % en 2022.

 

Enfin, 54,3 % des projets de recrutement sont prévus en CDI (+11,5 points) et 70,8 % en contrat durable (CDI ou CDD de plus de six mois). De quoi faire dire à Stéphane Ducatez, directeur des études de Pôle Emploi, que 2022 sera "l'année de tous les records".

 

Trouver les bonnes compétences

 

Plus en détails, l'établissement public note que cette dynamique est portée par les secteur de la construction (+21,8 %), de l’industrie (+23,8 %) et de l’hébergement-restauration (+23,4 %). Les métiers les plus recherchés sont les saisonniers de l’agriculture et de l’hôtellerie-restauration, les métiers du soin et d’accompagnement (aides-soignants, aides à domicile, infirmiers), les agents d’entretien et les métiers de la logistique (conducteurs routiers, manutentionnaires).

 

Paradoxalement, cette très nette embellie des intentions d'embauche met aussi plus fortement en exergue les difficultés des dirigeants à trouver les bonnes compétences. En 2022, 57,9 % des projets d’embauche sont jugés "difficiles" par les employeurs, soit une augmentation de 13 points.

 

Se monter plus attractif

 

Si ces difficultés sont plus grandes dans les petites entreprises "qui n’ont pas de service RH [Ressources humaines, NDLR] et doivent recruter souvent dans l’urgence", elles sont aussi fortes dans les grandes, "d’autant plus qu’en période de redémarrage économique, beaucoup d’entreprises recrutent en même temps", souligne Stéphane Ducatez.

 

Les entreprises craignent en premier lieu de ne pas avoir assez de candidats, ou avec un profil inadéquat. Dans près de 9 cas sur 10, le recrutement aura bien lieu, mais il prendra plus de temps, l’employeur devra rendre l’offre plus attractive (conditions de travail, salaire), élargir son recrutement ou former un candidat. En 2021, 87 % des recruteurs ayant annoncé avoir une intention d’embauche en ont réalisé au moins une. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle