S'abonner
Social

Automobile : une hausse des salaires de 2,3 % attendue en 2022

Publié le 11 octobre 2021

Par Romain Baly
2 min de lecture
Le rebond des rémunérations dans le secteur automobile observé en 2021 devrait se confirmer en 2022. Près d'un tiers des entreprises interrogées prévoit par ailleurs de procéder l'an prochain à un plan de recrutement significatif.
Tandis que 25 % des entreprises interrogées en 2020 annonçaient avoir gelé les hausses de salaires, elles ne sont plus que 1 % cette année. © Adobe Stock
Tandis que 25 % des entreprises interrogées en 2020 annonçaient avoir gelé les hausses de salaires, elles ne sont plus que 1 % cette année. © Adobe Stock

 

Mené en juin 2021 auprès de 23 000 entreprises (dont 540 en France) réparties dans 130 pays, le rapport annuel Salary Budget Planning de Willis Towers Watson vient de rendre ses conclusions. Premier élément notable, les niveaux d'augmentations salariales dans l'automobile, après avoir chuté entre 2019 et 2020 (passant de 2 % à 1,8 %) puis être remontés dès 2021 (2,10 %), vont encore progresser en 2022. Le cabinet table ainsi sur une hausse de 2,3 %.

 

Autre donnée qui tend à prouver que le marché rentre progressivement dans le rang, la part des entreprises gelant complètement les revalorisations, qui s'élevait à 25 % en 2020 en pleine crise sanitaire, s'avère désormais quasiment nulle, étant toujours d'actualité pour moins de 1 % du panel. En outre, la tendance vers la différenciation et la reconnaissance des plus performants est une réalité qui devrait encore s’accentuer en 2022 dans l'idée d’attirer et de retenir les meilleurs talents.

 

Un certain optimisme

 

Au-delà de l'automobile, les augmentations salariales moyennes en 2022 devraient être plus significatives dans les secteurs des médias (3 % en 2022 vs. 2,3 % en 2021), des nouvelles technologies (2,6 % en 2022 vs. 2,3 % en 2021) et des fintech (2,6 % en 2022 vs. 1,9 % en 2021). Elles seront en revanche moins significatives dans les secteur de l'énergie et des ressources naturelles, de la banque et de l'assurance, et enfin de la distribution.

 

Plus globalement, l'étude met en lumière un certain optimisme puisque plus de la moitié (55 %) des entreprises françaises interrogées déclarent que leur situation est "meilleure" ou "bien meilleure" que leurs prévisions. Près du tiers (32 %) des entreprises prévoient un plan de recrutement renforcé dans les 12 prochains mois, tandis que seules 7 % prévoient de réduire ces efforts.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle