S'abonner
Services

F1 : Michelin jette l’éponge

Publié le 13 janvier 2006

Par Marc David
4 min de lecture
Le manufacturier français tournera le dos à la F1 à l'issue de la saison 2006. Mi-décembre 2005, Michelin officialisait ce que bon nombre d'observateurs pressentaient. A l'issue de la saison 2006, le manufacturier clermontois quittera la F1, après six ans de présence. Six...
Le manufacturier français tournera le dos à la F1 à l'issue de la saison 2006.
Mi-décembre 2005, Michelin officialisait ce que bon nombre d'observateurs pressentaient. A l'issue de la saison 2006, le manufacturier clermontois quittera la F1, après six ans de présence. Six...
Le manufacturier français tournera le dos à la F1 à l'issue de la saison 2006. Mi-décembre 2005, Michelin officialisait ce que bon nombre d'observateurs pressentaient. A l'issue de la saison 2006, le manufacturier clermontois quittera la F1, après six ans de présence. Six...
...ans qui en fait, correspondent à une deuxième période dans la discipline. En effet, la première, de 1977 à 1984, avait été motivée par l'arrivée de Renault en tant que constructeur à part entière. La deuxième, à partir de 2001, l'avait été suite à la demande de Toyota et de Williams, deux écuries qui, soit dit en passant, viennent de troquer leurs gommes françaises pour des japonaises, en l'occurrence celles de Bridgestone. Ont-elles eu vent des intentions futures de Michelin ? Sans doute. Mais ce n'est pas ce revirement qui a précipité le départ de Bibendum. Non, le problème se situe ailleurs. Après consultation de ses fidèles partenaires (McLaren-Mercedes, BMW-Sauber, Renault F1, Honda Racing F1) et de Sir Franck Williams, il est devenu évident pour Michelin que l'avenir de la F1 passerait inéluctablement pa[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle