S'abonner
Services

EBP MéCa vise une croissance de 12 %

Publié le 20 janvier 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
A la suite de son intégration au groupe EBP, la filiale EBP MéCa estime disposer des moyens pour afficher une croissance à deux chiffres en 2022. Si tel était le cas, l'éditeur de DMS dépasserait les 2 millions d'euros de chiffre d'affaires.
La grande majorité de la clientèle de EBP MéCa se compose de MRA.
La grande majorité de la clientèle de EBP MéCa se compose de MRA.

Le secteur en sait désormais davantage sur les ambitions d'EBP MéCa. L'éditeur de solutions DMS pour les ateliers de réparation automobile était attendu au tournant depuis que l'annonce de son intégration au groupe EBP a provoqué les départs successifs d'Etienne Astruc, le président, et Herta Gavotto, la chef de marché automobile, à l'automne dernier. La division dédiée à l'automobile revient avec de grandes ambitions portées par un nouvel organigramme.

 

Une feuille de route présentée jeudi 20 janvier 2022 par Grégoire Leclercq, le président qui conserve par ailleurs ses prérogatives de directeur général délégué du groupe EBP. Pour l'exercice à venir, l'éditeur de DMS automobile vise tout simplement une hausse de 12 % de son chiffre d'affaires. Une croissance qui lui permettra de franchir la barre symbolique des 2 millions d'euros générés sur un an.

 

Une progression qui découlera d'une conquête de marché. Arrivé à maturité, le produit MRoad et son environnement SaaS tendent à convertir de plus en plus de clients de EBP MéCa fonctionnant toujours dans l'ancien environnement C++. A fin 2021, celle qui fonctionnait comme une filiale autonome comptabilisait 6 700 entreprises utilisatrices d'une licence, dont 4 300 de C++ contre 2 100 clients MRoad et 326 agents Renault. Ces derniers disposent d'une version optimisée de MRoad dans le cadre d'un accord avec la marque. "Nos efforts vont d'abord se concentrer sur cette population", explique le président de EBP MéCa.

 

Plus de coopération avec le groupe

 

Il estime avoir les moyens de ses ambitions. Après la migration des activités, il a conservé 75 % des ressources humaines qui ont fait le succès des premières années. "Une expertise sur laquelle nous pouvons capitaliser, dit-il. Certaines personnes occupent d'autres fonctions", précise-t-il. A l'issue de cette opération de rapprochement avec le groupe, EBP MéCa a gagné des forces commerciale, marketing, technique et logistique.

 

"Nous allons industrialiser l'hébergement des clients ou encore mettre à contribution des équipes capables de déployer dans des grandes entreprises. Ainsi, MRoad pourra entrer dans une nouvelle phase", soutient Grégoire Leclercq. L'an passé le SaaS a généré 314 576 euros, soit "à peine" 17,6 % du CA. L'idée est d'aller de l'avant.

 

A lire aussi : EBP MéCa abat la carte de la personnalisation

 

EBP MéCa recense 20 000 utilisateurs environ. Pour la grande majorité il s'agit de MRA. Grâce à une approche de commerce en marque blanche, l'éditeur souhaite renforcer ses positions en attirant des grands comptes. A l'instar de ce qu'il exécute pour Renault, chez qui il entend monter à 50 % de pénétration, ou chez les assureurs, le fournisseur de DMS vise à nouer de nouveaux contrats dans l'objectif de réaliser 10 à 15% de son chiffre d'affaires annuel par ce canal.

 

Qu'en est-il de l'innovation ? "Elle restera au cœur de nos préoccupations, assure Grégoire Leclercq. Certes EBP MéCa a rejoint une organisation plus codifiée, néanmoins les relations avec des tiers seront toujours d'actualité pour apporter des nouvelles fonctionnalités que nous ne souhaitons pas ou que ne nous pouvons pas concevoir en interne".

 

2022 marquera une étape de stabilité fonctionnelle, mais dès l'année suivante l'éditeur projette de développer des modules qui conviendront à des évolutions du secteur. Les services d'atelier mobile, d'intervention rapide ou même d'usine de reconditionnement des VO compteront parmi les pistes à explorer.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle