S'abonner
Services

EBP MéCa dévoile MRoad

Publié le 18 avril 2019

Par Gredy Raffin
5 min de lecture
L'éditeur de DMS pour les ateliers et les carrosseries a enfin levé le voile sur son nouveau produit phare. Baptisé MRoad, il change drastiquement le mode de traitement des informations car il aspire à simplifier la tâche des utilisateurs.
Etienne Astruc, le directeur général d'EBP MéCa.

 

Après le teasing, vient la révélation. Le 18 avril 2019, la direction d'EBP MéCa a révélé le nom et le contenu de son nouveau logiciel de gestion des ateliers et des carrosseries automobiles. Baptisé MRoad, il se positionne non plus comme un DMS mais comme un BMS (Business Management System) grâce à sa capacité à agréger plus d'éléments, de données et de contributions extérieures au travers de l'interface. "Nous l'avons pensé tel un écosystème global au service des acteurs de la mobilité que sont les réparateurs automobiles", explique Etienne Astruc, le directeur général d'EBP MéCa, la filiale du groupe EBP.

 

MRoad abat la carte de la simplicité. Ce qui n'en retire rien à la complexité du travail d'ingénierie en coulisses. L'ergonomie a été entièrement revisitée pour diminuer le temps de recherche et le nombre de clics nécessaires à l'obtention d'une information. L'interface principale livre donc des informations sur les actions en cours à l'atelier et la documentation associée, le bilan en temps réel de la journée, un accès rapide aux tâches du réceptionnaire et surtout un moteur de recherche intégrant la totalité des données disponibles dans la base, qu'elles concernent les pièces, les clients ou les véhicules. Une libre inspiration de ce que le Web offre de meilleur.

 

Entièrement personnalisable, ce BMS n'en oublie pas la mobilité et la connectivité, deux pans stratégiques pour les équipes dans les ateliers. Les terminaux de connections pourront donc être variés et centraliseront en temps réel les modifications. "Un des atouts majeurs, renchérit Herta Gavotto, la nouvelle directrice des opération d'EBP MéCa, une fois les données entrées dans le système informatique, aucune ressaisie n'est nécessaire". Pas même le devis, lorsque le réceptionnaire interroge les différents catalogues de fournisseurs de pièces. Tous les paramètres sont automatiquement pris en considération. A ce titre, notons la signature récente d'EBP MéCa avec Alliance Automotive Group.

 

Trois niveaux à l'arrivée successive

 

MRoad a fait l'objet d'un investissement conséquent, partagé avec l'ensemble du groupe EBP. Grégoire Leclercq, le directeur général adjoint de l'entreprise, rapporte que depuis 3 ans, 20 % du CA a été réinjecté dans la R&D. Quand on sait que le groupe généré 50 millions d'euros de revenus en 2018, on prend la mesure des sommes en jeu. Un tel effort a déjà été réalisé par le passé, mais cela demeure tout de même exceptionnel pour EBP. De fait, les objectifs sont ambitions et la cartographie de l'éditeur devrait s'en trouver impacter. Comme nous l'expliquait récemment Etienne Astruc, il sera question de commercialisation en Afrique francophone et autres pays européens afin d'amortir les coûts.

 

En France, le déploiement a déjà commencé. 200 clients ont migré vers la version d'entrée de gamme, Essentiel. Hors modules complémentaires, il faut compter 45 euros par mois pour disposer du produit, de ses mises à jour et de l'assistance. Le deuxième des trois niveaux de MRoad, baptisée Evolution, sera facturée mensuellement 72 euros et apportera plus de flexibilité par une approche modulaire. "Nous n'avons pas encore de visibilité sur la consommation d'options car elles ne sont pas toutes disponibles à ce jour", complète Herta Gavotto. En effet, le calendrier fait état d'un module VO à sortir en juin, d'un autre dédié à la carrosserie qui sera lancé lors d'Equip Auto et d'une déclinaison spécifique à Renault, à la fin de l'année 2019. Le troisième niveau, Entreprise, viendra répondre aux attentes des sociétés de plus quatre utilisateurs.

 

La maturité d'Open Line  

 

La migration demandera du temps. Etienne Astruc table sur "trois ans au minimum". Le directeur général adjoint du groupe EBP se veut quant à lui rassurant au sujet de la manœuvre : "MRoad a été développé sur la technologie Open Line qui a été créée il y a dix ans par nos ingénieurs. Nous avons opéré ce type de grand changement dans d'autres secteurs que nous couvrons et nous avons un haut niveau de maturité. Nous avons notamment appris des procédés d'accompagnement à mettre en place". Une tournée nationale des experts certifiés a été organisée depuis le mois de janvier.

 

Deux choix de souscription sont rendus possibles, l'une pour un DMS installé en local, l'autre pour un accès en Cloud. Si Renault opte à 100 % pour le Cloud chez ses agents, EBP MéCa estime que la pénétration des deux solutions sera répartie équitablement. Il faut dire que les petites entreprises françaises font encore preuve de frilosité. "17 % des PME sondées en 2018 se disaient prêtes à passer en mode Cloud", rappelle Grégoire Leclerc. EBP à l'échelle du groupe se trouve un peu au-dessus de la moyenne nationale, avec une part de 20 % du CA issue de la vente de services en ligne.

 

Notons enfin la confidence de Grégoire Leclerc au Journal de l'Automobile. Cet automne, le groupe EBP va organiser un hackathon. Un concours d'innovations qui aura pour thématique les sciences de la donnée (data science). Le fait est que chaque jour, 2 millions d'utilisateurs – tout secteur confondu – se connectent aux outils de l'éditeur, ce qui génère un "fantastique" volume d'informations qu'il faut apprendre à exploiter. Un événement à inscrire dans un projet d'entreprise de très grande envergure sur lequel nous reviendront ultérieurement.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle