S'abonner
Distribution

Richard Guyon, AutoEasy : "Nous compterons 100 points de vente dans trois ans"

Publié le 25 octobre 2023

Par Gredy Raffin
5 min de lecture
En septembre passé, Richard Guyon, le directeur d'AutoEasy, a réuni son réseau de franchise de voitures d'occasion entre particuliers. Il leur a expliqué les changements récents et les prochaines orientations lui qui aspire à densifier encore le maillage d'agences.
Entretien avec Richard Guyon d'AutoEasy
Richard Guyon, co-fondateur de la franchise AutoEasy. ©AutoEasy

Le Journal de l'Automobile : Il y a quelques semaines, le réseau AutoEasy s'est réuni pour son séminaire de rentrée. Quel a été le message principal ?

Richard Guyon : Nous avons pris l'habitude de nous réunir en effet à la mi-septembre, ce moment un peu plus calme de l'année d'un point de vue commercial. Notre idée était cette fois de relancer la machine après une période estivale soutenue. Le réseau AutoEasy doit poursuivre son effort sans relâche.

 

J.A. : Vous laissez entendre que l'été s'est bien déroulé, quels sont les chiffres ?

R.G. : En effet, nous pouvons être pleinement satisfaits du bilan. Sur la période de juillet-août 2023, nous avons gagné 9 % en volume de vente. Le réseau a poursuivi avec une croissance de 20 % en septembre. Au terme du troisième trimestre 2023, nous cumulons 5 600 transactions de voitures d'occasion, soit 19 % de plus que l'an passé.

 

Les particuliers constitueront encore notre source exclusive d'offres

 

J.A. : Quels ont été les autres messages diffusés auprès des franchisés de votre enseigne de transactions CtoC ?

R.G. : Les changements ont été nombreux depuis le début de l'année pour la franchise. Il fallait pouvoir revenir sur ces nouvelles orientations et répondre aux questions éventuelles. Par exemple, nous avons noué un nouveau partenariat avec Opteven pour la garantie en lieu et place de CPS. AutoEasy a également fait évoluer son logo, sa charte graphique, son site internet et sa communication.

 

J.A. : Le choix d'Opteven est-il dicté par l'afflux des véhicules électriques ?

R.G. : Il faut rappeler que toutes les voitures d'occasion vendues chez AutoEasy sont systématiquement couvertes. Il était surtout temps de sonder le marché et nous avons choisi Opteven pour leur compétence en matière de suivi des sinistres et leur force commerciale sur le terrain. Les relations sont toujours bonnes avec CPS et ils ont été informés de ce qui a fait la différence. L'enjeu des voitures électriques reste secondaire pour le moment. Nous décelons une hausse de la demande et une offre qui évolue en parallèle. Notre stock est le reflet du parc automobile français roulant.

 

J.A. : Est-il temps de faire varier votre source d'approvisionnement pour palier ce manque ?

R.G. : Les particuliers constitueront encore notre source exclusive d'offres. Cela influence forcément la constitution de la liste de voitures d'occasion vendues par le réseau AutoEasy. La volatilité des prix nous invite à la plus grande prudence. En matière de voitures électriques, nous travaillons donc bien plus à la commande que sur stockage.

 

Dans trois ans, nous compterons 100 points de vente

 

J.A. : Pour revenir à la convention, sur le plan du marketing, quel bilan et quelle feuille de route ont été soumis aux franchisés ?

R.G. : AutoEasy a une stratégie web-to-store et ne s'en écartera pas. Nous maîtrisons notre univers digital et cela nous permet de générer 6 000 à 7 000 leads par mois auprès des franchisés. Nos investissements consistent à renforcer notre référencement naturel et nous y parvenons bien par rapport à nos concurrents directs. Très prochainement, nous monterons en puissance sur les réseaux sociaux, tout comme nous allons accentuer nos relations avec la presse.

 

J.A. : Il faudra que le réseau suive. Qu'est-il prévu ?

R.G. : En 2023, AutoEasy s'appuie sur un maillage de 60 agences. Dans trois ans, nous compterons 100 points de vente. À terme, en 2030, la franchise doit atteindre 150 sites en France. Un objectif que nous estimons totalement réalisable et qui nous permettra d'avoir un véritable relais de notre communication au plus près des Français.

 

A lire aussi : CapCar valide son modèle d'agents commerciaux

 

J.A. : Quel(s) profil(s) présentent vos prochains franchisés ?

R.G. : De plus en plus de professionnels, dont des garagistes et des revendeurs de voitures d'occasion récentes, entrent en contact avec nous. Des profils solides qui ne nécessitent pas de soutien spécifique. Nous sommes ouverts à toutes les propositions. Je ne crois pas trop, cependant, que nous puissions collaborer avec les concessionnaires. Certains de mes confrères ont convaincu des groupes de distribution, mais qu'en sera-t-il vraiment ? On peut craindre le problème de l'acculturation.

 

Nous testons avec CGI Finance une solution dans nos agences en propre

 

J.A. : À combien de ventes pensez-vous terminer cette année ?

R.G. : En 2023, nous atteindrons vraisemblablement 7 500 unités. Le volume de ventes est une conséquence, pas une finalité. Nous privilégions la qualité pour assurer la rentabilité des franchisés. Nous avons des marges conséquentes sur les voitures issues de rachat cash. Une typologique qui pèse 40 % à 50 % de notre activité, en complément de l'intermédiation. En moyenne, les voitures que nous vendons ont sept ans et se monnaient 13 000 euros, en légère augmentation par rapport aux années précédentes.

 

J.A. : Il faut également jouer sur le service pour rentabiliser les ventes…

R.G. : Notre métier consiste en effet à rendre un service. Nous apportons déjà des informations sur l'historique grâce à Histovec et Autoviza, notre partenaire. Nous projettons d'aller plus loin en 2024. À court terme, la suite concernera le financement. Nous testons avec CGI Finance une solution dans nos agences en propre. Il s'agit de mettre en ligne un simulateur de financement et de traiter les données ensuite en points de vente. Nous ne trahirons pas notre logique de web-to-store. Le parcours s'achèvera en agence. Raison pour laquelle d'ailleurs nous ne faisons pas la promotion de la livraison à domicile.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle