S'abonner
Distribution

Nicola Carbonari, P-dg d’Autoscout 24 Europe et Eric Bataille, DG d’Autoscout 24 France.

Publié le 4 avril 2008

Par Benoît Landré
11 min de lecture
En France, il faut au moins 500 000 véhicules pour être leader.Née en Allemagne il y a dix ans, la société Autoscout 24 poursuit son développement en Europe et en France, marché qu'elle a investi il y a un peu plus d'un...

                                En France, il faut au moins 500 000 véhicules pour être leader.Née en Allemagne il y a dix ans, la société Autoscout 24 poursuit son développement en Europe et en France, marché qu'elle a investi il y a un peu plus d'un...
En France, il faut au moins 500 000 véhicules pour être leader.Née en Allemagne il y a dix ans, la société Autoscout 24 poursuit son développement en Europe et en France, marché qu'elle a investi il y a un peu plus d'un...
...an. Nicola Carbonari, fondateur et président-directeur général du site spécialisé de petites annonces VO, et Eric Bataille, directeur général France, nous éclairent sur la stratégie de la société. ZOOM Jean-Philippe Cartier, Autoreflex "Le nombre d'annonces qui apparaît sur ton site ne fait pas de toi le numéro 1. Parce que c'est facile à faire. Demain, je peux signer un accord-cadre et proposer 400 000 annonces. Aujourd'hui, ce qui donne une position de "leader" est la diffusion que tu proposes à tes clients. Et en février, d'après les chiffres de Nielsen, Autoreflex totalisait 860 000 visiteurs uniques et Webcarcenter 602 000, soit presque 1,5 million de visiteurs uniques, sans compter que les annonces de nos clients sont également diffusées sur TF1.fr, elite-auto, Auto Plus, only.car… Nous leur offrons l'assurance d'être sur un maximum de supports de diffusion. Nous proposons aujourd'hui le meilleur trafic du marché français. Voilà pourquoi nous communiquons sur le fait que nous sommes le numéro 1 de l'annonce auto. Nous avons un taux de renouvellement de nos contrats supérieur à 95 %, donc les gens sont contents de notre offre. Nous sommes également très présents en communication, et c'est un facteur qui fait de plus en plus la différence."Journal de l'Automobile. Comment est née Autoscout 24 ? Nicolas Carbonari. Quand nous avons commencé il y a 10 ans en Allemagne, nous avions d'abord l'expérience et le savoir-faire automobile avant d'avoir l'expérience d'Internet. Nous avons donc souhaité coupler notre expertise sur le domaine de l'automobile avec le développement du Net. Mais, au début, le projet était un peu utopique, la machine n'était pas encore mature et prête à accepter cet outil… Nous sommes allés à la rencontre des constructeurs, concessionnaires et clients pour leur expliquer qu'Internet était un média transparent qui pouvait rendre plus efficient la distribution automobile, et plus spécialement les VO. De 1998 à 2000, ce fut très difficile de propager "la bonne nouvelle" de l'Internet sur le secteur car les gens étaient habitués aux petites annonces papier et ne percevaient pas l'intérêt de cette démarche. Pour affronter ces réticences, nous avons donc beaucoup investi pour communiquer sur la valeur de l'Internet. Après 2000, il y a eu une prise de conscience et les professionnels ont très vite reconnu la valeur de ce média. Et pendant les deux, trois années qui ont suivi, nous avons connu une croissance presque exponentielle des pros qui accédaient à Internet et qui commençaient à l'utiliser comme une plate-forme de communication mais aussi de ventes. JA. Quelles ont été les différentes é[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle