S'abonner
Distribution

Le réseau Lotus change de visage

Publié le 27 août 2021

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Dans le giron du chinois Geely depuis 2017, Lotus vient de dévoiler la nouvelle identité visuelle de son réseau de distribution. Jean-Charles Verbaere, distributeur Lotus depuis plus de 20 ans, évoque l'avenir qui se dessine.
Le nouveau showroom Lotus à Bahrain.
Le nouveau showroom Lotus à Bahrain.

Alors que Lotus lance sans doute son dernier modèle thermique, l'Emira, le célèbre constructeur britannique, détenu à 51 % par le chinois Geely, en profite pour dévoiler la nouvelle identité visuelle de son réseau de distribution. Il vient en effet d'inaugurer le premier point de vente aux nouveaux standards à Bahrain.

 

Le déploiement de la signalétique extérieure est donc lancé, et Jean-Charles Verbaere, distributeur depuis plus de 20 ans de la marque en France, nous précise que les travaux, pour le réseau européen, devront être achevés d'ici la fin de l'année 2021. "En revanche, pour l'aménagement intérieur, cela se fera durant les 24 prochains mois, indique Jean-Charles Verbaere, avec le retour de volumes plus significatifs grâce au lancement de SUV électrifiés en 2022."

 

Être le challenger de Porsche

 

Au chapitre produits donc, en plus des SUV, le réseau Lotus pourra compter sur l'Emira à partir de février 2022 en Europe. On peut d'ailleurs considérer que 2022 sera l'an 1 du plan de relance de la marque présenté par Geely. En effet, le chinois se montre ambitieux pour Lotus, voulant en faire un challenger de Porsche dans les années à venir.

 

A lire aussi : Lotus face au défi de la sportivité électrique

 

De plus, comme tous les constructeurs, Lotus n'échappe pas à la nécessaire électrification de sa gamme. Le virage a déjà été pris avec l'Evija, que Lotus présente comme la première supercar électrique britannique avec ses 2 000 chevaux. Cela étant, il faut voir ce modèle à 3 millions de livres HT comme un étendard avant l'arrivée de produits plus accessibles.

 

La future gamme de petites sportives pourrait être, en partie, le fruit du partenariat signé avec Alpine et dont les premiers modèles devraient être une réalité d'ici le milieu de cette décennie selon Uday Senapati, directeur de la stratégie et des produits Lotus. Cette future base technique servira également aux futures Alpine, sans doute à la future Berlinette 100 % électrique.

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle